Un nouvel horizon 2016 pour l’Open Space festival

[Photo cover: Lorraine Creaser]
Vendredi 11/09/2015

Vendredi soir, l’Open Space festival a invité pour sa clôture un line up d’enfer. Pendant qu’Applescal et Sau Poler ambiançaient la terrasse du Petit Bain, Brülin chauffait la salle pour Black Strobe. Puis une deuxième marrée humaine arriva pour la suite des réjouissances, plus orientée clubbing: Viken Arman et les duos Weval et Saschienne promettaient  un samedi matin laborieux.

Photos de Mathieu Foucher, cliquez pour agrandir

Black Strobe: Arnaud Rebotini s’échauffe au whisky et fait son grand chaud, pardon show. Le public pourtant un peu coincé au départ, accueillera le chanteur en dansant avec lui au milieu de la fosse, notamment sur la reprise in-ter-mi-na-ble d’ I’m a Man jusqu’au rappel. On retrouve ensuite Nadim Chidiac et Viken Arman, les organisateurs du festival Open Space:

Nadim« On a commencé par faire des soirées Minimal Trip avec 2 vecteurs : du 100% live et un focus sur un pays. Puis on a décliné çà sous la forme d’un festival: 7 dates à travers l’été, une seule identité, une seule communication, en mélangeant petits producteurs et têtes d’affiche. Par exemple ce soir Saschienne est notre headliner et Weval est proposé en découverte. »
Viken: « D’ailleurs ce soir c’est un peu bizarre car on est en train de prendre conscience que beaucoup de gens sont venus pour Weval! C’est très intéressant.  »
Nadim: On a ajouté un côté arty aussi, une touche food, des jeux vidéos. On couvre tous les espaces pour créer un rassemblement qui va au-delà de la musique. »

En effet, nous rejoignons les amis sur la terrasse. Certains jouent à Mario Bros. D’autres piquent quelques frites à Arnaud Rebotini. On trinque avec le groupe. Une ambiance très chaleureuse règne.
Nadim: « On est partenaire avec le Petit Bain depuis trois ans et honnêtement, on est  à la maison ici, on a une totale relation de confiance. »

Un festival familial donc mais aussi atypique puisque composé de 7 dates, tous les 15 jours.
Viken: « C’est très intéressant d’osciller entre différents publics : les touristes, les parisiens, etc. Paris se vide en terme de line-up attrayant au mois d’août, offrir à ceux qui ne partent pas en vacances des évènements plus dynamiques était un véritable challenge pour nous. »
Nadim: « On le fait plus par passion que par métier, la moitié de l’équipe a un full time job donc cette périodicité nous permet de trouver le temps pour nous organiser et de travailler la communication. »

_ Quels ont été vos moments forts cet été?
Nadim: « La date avec Christian Löffler et l’Impératrice: c’était le 1er août, je pensais que cela serait vide … »
Viken: « …et on a explosé le record du Petit Bain en tant qu’établissement! »
Nadim: « On a atomisé le lieu. C’était blindé, il faisait 40°, la terrasse était dingue, le concert d’Impératrice était incroyable, j’ai pris une grosse claque. »
Viken: « De mon côté ce serait Stimming, ça fait 3 ans qu’on le booke, à chaque fois c’est blindé. C’est de loin mon producteur de référence, il est techniquement incroyable, et avec juste un moog! »
Nadim: « En fait, comme on fait ça pour le plaisir et pas pour payer un loyer, chaque date est comme réaliser un rêve de gosses. Comme celui d’organiser des concerts rock avant le clubbing avec Black Strobe! »

Photos de Lorraine Creaser, cliquez pour agrandir.

Viken part en salle. C’est son tour de chauffer le public avant l’arrivée de Weval, puis de Saschienne. Le premier nous plonge dans une étuve brumeuse avec Detian, Take Control, …on ferme les yeux et se laisse porter sur les sonorités deep-house des deux néerlandais. Ovation pour l’un ou acclamation pour le duo suivant, le public se fait entendre lorsque Saschienne les remplace. Sascha Funke pose ses bases électro berlinoise et sa femme Julienne Dessagne structure le tout de mots affirmés, presque sensuellement. Contre toute attente le couple paraît très timide, ce qui n’empêche nullement un charme indescriptible d’opérer. J’attends Grand Cru avec impatience…

En cette superbe soirée de clôture du festival, on a à peine senti ces 10 heures de son s’écouler. Alors quel est le bilan de la session 2015?

Nadim: « Un bilan crescendo: 2013 on a appris de nos erreurs, 2014 on a doublé l’affluence avec 5000 personnes, cette année nous avons ajouté des concerts en première partie de nuit et d’autres divertissements en après-midi. Je pense qu’on finira à 6000, un peu moins de 1000 personnes par date. Nous avons maintenant l’expérience nécessaire pour faire un vrai format de festival l’année prochaine, sur 3 jours, avec tous les artistes que l’on a aimé cet été. »
Viken: « Cette année, on se pose beaucoup de questions pour la suite. On a certe envie d’évoluer dans le format mais sans que cela devienne une foire à très grosses têtes d’affiches. Cela peut t’induire en erreur dans la programmation. On a la chance de faire ce festival pour le plaisir, pas un des artistes 2015 ne fait pas partie de nos coups de coeur. On était tellement excités par exemple d’accueillir Agents of Time pour un live analogique il y a quelques semaines. On veut garder cet esprit de famille. On s’occupe de tout: com, orga, ménage, billetterie; et on est ravi de le faire car l’event est à notre image. »

Préparez-vous donc à ajouter le festival Open Space à votre liste de l’été 2016…

X