Viken Arman

WiseList #77 – Le TOP20 des actus musicales

Cette playlist se met à jour tous les mois,
vous pouvez vous y abonner sur toutes les plateformes
(Deezer, Spotify, YouTube, Soundcloud, Napster, Qobuz, Apple Music, …)

CHILL >>> INDIE ROCK >>> HOUSE/TECHNO 

CHILL

The Dandy WarholsNext Thing I know (Portland)
Courtney Taylor-Taylor continue ses expérimentations dans un 10e album Why are You so Crazy hyper ecclectique, on adore cette atmosphère saccadée, comme un bug bluetooth avec ton enceinte.
Drinker – Something I want (Brooklyn)
Claquement distinct sur beat etouffé, la texture sombre de ce titre englobe l’idée de l’addiction et du consumérisme. Le chanteur Aaron Mendelsohn et le producteur Ariel Loh prévoient de sortir leur album Fragments le 03/05, une oeuvre qu’on attend riche.
Viken Arman – Cosmos in Blue (Paris)
Le mois dernier le producteur électronique a présenté son projet Willow en live, accompagné d’un batteur et d’un saxophoniste. Il en résulte un voyage magnifique au carrefour de toutes les cultures.Magnifique qu’on dit.
KitzlGSF (Guelph)
En voilà un paysage surnaturel ! Kitzl travaille son premier album en boucles, enregistrant objets comme animaux, qu’elle mêle à sa voix, sur des morceaux à la fois étranges et espiègles. La nouvelle sensation expérimentale ?
PapoozYou and I (Paris)
Dans ce clip filmé au Balajo, le plus ancien cabaret de Paris, Armand et Ulysse se déchirent la conscience de l’actrice danoise et modèle Klara Kristin. Douce ambiance 70s tirée de leur nouvel album Night Sketches, qui sort ce vendredi.
Cut Chemist  Home away from Home (New York)
Afin de sortir de l’isolement après la mort de son père et 30 jours de prison pour conduite en état d’ivresse, le DJ producteur s’est entouré de nombreux musiciens pour son album Die Cut. Et la renaissance opéra.

INDIE ROCK 

Nick WaterhouseSong for Winners (Santa Ana)
Le fervent disciple du vieux Rythm & Blues sort un nouvel album plus introspectif et le présentera au Petit Bain le 24/03. Soirée comme au dinner américain des années 50, possibilité de commander son burger à la cantine! (lire le dernier live-report sur son retour vers le futur)
The Brian Jonestown MassacreCannot be saved (San Francisco)
Après la sortie de 4 albums en 5 ans, plus une bande originale, plus 2 albums avec Tess Parks, et quelques collaborations comme avec The Liminanas, l’infatigable Anton Newcombe nous sort un 18e album pour TBJM le 15/03 dont voici le premier extrait. Il comprendra 9 titres dont un en français intitulé Tombes Oubliées.
YAK Words Fail Me (London)
Qui d’autre qu’Oli Burslem aujourd’hui investirait tout son argent jusqu’au dernier centime dans un enregistrement, au point de perdre son logement et de devoir dormir à l’arrière d’un break Citroën ? The Pursuit Of Momentary Happiness est un album du type haute mission monomaniaque. Yak sera en tournée en avril et passera par Reims, Lille, Amiens, La Roche/Yon et Biarritz.
COSSE– Welcome Newcomer (Paris) //uniquement sur YouTube et Soundcloud//
On a découvert COSSE au Supersonic. Le jeune groupe vient de signer chez Grabuge records, le label de Lysistrata et prépare son premier EP. On y découvre des structures complexes, un chant qui rejoint parfois King Krule, sur des jeux de guitares à la Tool. Bref ca s’annonce bien chiadé.
Entracte Twist –Crash (Lyon/Strasbourg)
On reconnait de suite les immeubles de Rosa Parks pour cette première pochette aux tons ensoleillés, Entracte Twist propose un son sincère entre synthés déraillés de new-wave, et parlé post-punk, typique de la mèche dans les yeux.
Namdose – Woe (Vendôme/Bruxelles)
Alors là si vous voulez (enfin) du pointu pour la nouvelle scène indie rock, allez de suite voir Namdose, la fusion de BRNS avec Ropoporose ! Des chants entre pop et rock, des bidouillages expé sur chaque intrument, des battles de math-rock à 2 batteries dans la fosse, … d’ailleurs on les a rencontrés vendredi dernier. On vous raconte très bientôt.
De Staat – Level’Up (Nimègue)
Un des meilleurs concerts de l’année, c’est certain ! On vous en parle ici: DE STAAT éclate sa bulle et t’en met partout.
Standalone – Destroy Yourself (Indianapolis)
C’est le nouveau projet new wave de Steven Seibold des groupes Hate Dept et Pigface, tout pour l’amour du synthé 80/90, hop sur un album éponyme chez Negative Gain.

HOUSE/TECHNO

Cabaret NocturneBlind Trust (Bruxelles)
Petit retour en 2015, lorsque Cabaret Nocturne débridait la scène électronique avec son slo-mo aux influences indus et punk.
Malik DjoudiTempérament (Poitiers)
L’ascension du poitevin, qui a commencé sur le tard à 37 ans, continue. On aime particulièrement la montée électronique de Tempérament, alors que Malik se laisse ballotter en eaux troubles sur le clip de ce morceau introspectif.
The Chemical Brothers Got to keep on (Manchester)
Dis donc c’est la teuf tropiques et bonne humeur façon Soul Train dance contest avec ce nouveau single ! Une échappée étonnante à quelques semaines de la sortie du nouvel album No Geography le 12/04.
Odonis OdonisCheck my profile (Toronto)
Le nouvel album de Gesaffelstein sort ce vendredi, et vu comme son dernier single avec Pharrell Williams est bien de la daube, on se console avec le dark efficace d’Odonis Odonis.
ChloéSometimes (revisité live 2018) (Paris)
Bien sûr tout le monde connait ce titre, sauf que dans son album live de sa tournée de Endless Revisions, Chloé revisite nombreux de ses morceaux, jusqu’à rendre son public hystérique. Merci David pour la suggestion !

DOUX BONUS

Jessica PrattAs the World turns up (Los Angeles)
Un peu de douceur dans ce monde de brutes, c’est ce qu’apporte le nouvel album Quiet Signs.

Julie Lesage

[Image: Photo de Robert Doisneau]

Un nouvel horizon 2016 pour l’Open Space festival

[Photo cover: Lorraine Creaser]
Vendredi 11/09/2015

Vendredi soir, l’Open Space festival a invité pour sa clôture un line up d’enfer. Pendant qu’Applescal et Sau Poler ambiançaient la terrasse du Petit Bain, Brülin chauffait la salle pour Black Strobe. Puis une deuxième marrée humaine arriva pour la suite des réjouissances, plus orientée clubbing: Viken Arman et les duos Weval et Saschienne promettaient  un samedi matin laborieux.

Photos de Mathieu Foucher, cliquez pour agrandir

Black Strobe: Arnaud Rebotini s’échauffe au whisky et fait son grand chaud, pardon show. Le public pourtant un peu coincé au départ, accueillera le chanteur en dansant avec lui au milieu de la fosse, notamment sur la reprise in-ter-mi-na-ble d’ I’m a Man jusqu’au rappel. On retrouve ensuite Nadim Chidiac et Viken Arman, les organisateurs du festival Open Space:

Nadim« On a commencé par faire des soirées Minimal Trip avec 2 vecteurs : du 100% live et un focus sur un pays. Puis on a décliné çà sous la forme d’un festival: 7 dates à travers l’été, une seule identité, une seule communication, en mélangeant petits producteurs et têtes d’affiche. Par exemple ce soir Saschienne est notre headliner et Weval est proposé en découverte. »
Viken: « D’ailleurs ce soir c’est un peu bizarre car on est en train de prendre conscience que beaucoup de gens sont venus pour Weval! C’est très intéressant.  »
Nadim: On a ajouté un côté arty aussi, une touche food, des jeux vidéos. On couvre tous les espaces pour créer un rassemblement qui va au-delà de la musique. »

En effet, nous rejoignons les amis sur la terrasse. Certains jouent à Mario Bros. D’autres piquent quelques frites à Arnaud Rebotini. On trinque avec le groupe. Une ambiance très chaleureuse règne.
Nadim: « On est partenaire avec le Petit Bain depuis trois ans et honnêtement, on est  à la maison ici, on a une totale relation de confiance. »

Un festival familial donc mais aussi atypique puisque composé de 7 dates, tous les 15 jours.
Viken: « C’est très intéressant d’osciller entre différents publics : les touristes, les parisiens, etc. Paris se vide en terme de line-up attrayant au mois d’août, offrir à ceux qui ne partent pas en vacances des évènements plus dynamiques était un véritable challenge pour nous. »
Nadim: « On le fait plus par passion que par métier, la moitié de l’équipe a un full time job donc cette périodicité nous permet de trouver le temps pour nous organiser et de travailler la communication. »

_ Quels ont été vos moments forts cet été?
Nadim: « La date avec Christian Löffler et l’Impératrice: c’était le 1er août, je pensais que cela serait vide … »
Viken: « …et on a explosé le record du Petit Bain en tant qu’établissement! »
Nadim: « On a atomisé le lieu. C’était blindé, il faisait 40°, la terrasse était dingue, le concert d’Impératrice était incroyable, j’ai pris une grosse claque. »
Viken: « De mon côté ce serait Stimming, ça fait 3 ans qu’on le booke, à chaque fois c’est blindé. C’est de loin mon producteur de référence, il est techniquement incroyable, et avec juste un moog! »
Nadim: « En fait, comme on fait ça pour le plaisir et pas pour payer un loyer, chaque date est comme réaliser un rêve de gosses. Comme celui d’organiser des concerts rock avant le clubbing avec Black Strobe! »

Photos de Lorraine Creaser, cliquez pour agrandir.

Viken part en salle. C’est son tour de chauffer le public avant l’arrivée de Weval, puis de Saschienne. Le premier nous plonge dans une étuve brumeuse avec Detian, Take Control, …on ferme les yeux et se laisse porter sur les sonorités deep-house des deux néerlandais. Ovation pour l’un ou acclamation pour le duo suivant, le public se fait entendre lorsque Saschienne les remplace. Sascha Funke pose ses bases électro berlinoise et sa femme Julienne Dessagne structure le tout de mots affirmés, presque sensuellement. Contre toute attente le couple paraît très timide, ce qui n’empêche nullement un charme indescriptible d’opérer. J’attends Grand Cru avec impatience…

En cette superbe soirée de clôture du festival, on a à peine senti ces 10 heures de son s’écouler. Alors quel est le bilan de la session 2015?

Nadim: « Un bilan crescendo: 2013 on a appris de nos erreurs, 2014 on a doublé l’affluence avec 5000 personnes, cette année nous avons ajouté des concerts en première partie de nuit et d’autres divertissements en après-midi. Je pense qu’on finira à 6000, un peu moins de 1000 personnes par date. Nous avons maintenant l’expérience nécessaire pour faire un vrai format de festival l’année prochaine, sur 3 jours, avec tous les artistes que l’on a aimé cet été. »
Viken: « Cette année, on se pose beaucoup de questions pour la suite. On a certe envie d’évoluer dans le format mais sans que cela devienne une foire à très grosses têtes d’affiches. Cela peut t’induire en erreur dans la programmation. On a la chance de faire ce festival pour le plaisir, pas un des artistes 2015 ne fait pas partie de nos coups de coeur. On était tellement excités par exemple d’accueillir Agents of Time pour un live analogique il y a quelques semaines. On veut garder cet esprit de famille. On s’occupe de tout: com, orga, ménage, billetterie; et on est ravi de le faire car l’event est à notre image. »

Préparez-vous donc à ajouter le festival Open Space à votre liste de l’été 2016…