N’To

WiseList #72 – le Top 20 des actus musicales en playlist

Playlist en écoute sur toutes vos plateformes
(Deezer, Spotify, YouTube, Soundcloud, Napster, Qobuz, Apple Music, …)

[Image : faune et flore plastique marine…this is happening today. ©wwf]

CREATIONS ELECTRONIQUES ET POP
INDIE / ROCK
DANCEFLOOR

Bonne écoute !

CREATIONS ELECTRONIQUES ET POP

Guilhem DesqLe château magique (Toulouse)
Surnommé le « Hendrix de la vielle à roue », Guilhem nous transporte autant qu’un Chapelier Fou, utilisant un seul et même instrument, qui plus est médiéval et aux oubliettes! L’album Visions sort les 18/10 et le live est prévu pour le 09/03.
Brian Campeau – Loosing friends (Canadien à Sydney)
Quand un dépressif décide de se forcer à faire un album joyeux, rien de mieux que l’appui du meilleur ami de l’homme…
Golden Bug – Viaje a Tenderloin (Barcelone)
Après avoir fait tourner le robot V.I.C.T.O.R un peu partout, ce nouveau track aux allures de création Amon Tobin présage-t-il un nouvel album ? Hâte d’entendre la suite !
Kiasmos remixe JosinCompany (Islande/ Cologne)
Non ce n’est pas un nouveau Thom Yorke, c’est la révélation électro-pop germano-coréenne dont l’écho résonne entre roches et profondeurs abyssales, c’est beau, c’est pur, c’est minéral.
Son Lux – The fool you need (Enough of me) (New-York)
Le trio réussit encore avec brio un équilibre entre la pop émotionnelle et le jazz expérimental, entre la puissance et la fragilité, et à chaque fois, bordel, on est soufflé.
Sophie Hunger– There is still pain left (Berne)
On propose de consoler Sophie lorsqu’elle jouera son nouvel album le 15/10.
Flawd– The Castle (Berne)
On a retrouvé sur une vieille note d’il y a 2 ans qu’il fallait écouter Flawd…merde mais pourquoi on pas écouté avant ?? Tout l’EP Rift 1 est magnifique!! [grosse loose de not’part]

INDIE-ROCK 

LiarsMurdrum (Brooklyn)
Angus Andrew sort une édition deluxe du soporifique TFCF, mais agrémentée d’1 premier disque de 17 nouveaux titres : Titles with the Word Fountain, dont quelques uns reprennent enfin du poil de la bête question rythmique et textures expérimentales!
MIEN– Hocus Pocus (Super-groupe entre The Horrors, The Black Angels et autres…)
Ceci est le premier titre avec lequel Alex Maas (The Black Angels) a commencé son live hier, avant que Rishi Dhir (Elephant Stone) ne s’installe pieds nus pour jouer de la sitar. « I feel so high » donnait tout de suite le ton…(voir le live report)
Shitkid – Oh me I’m never(Stockholm)
Comme une enfant espiègle, Åsa Söderqvist nous prouve que la suède n’est pas toujours clean et peut grincer comme du lo-fi sur son album This is it. Je propose la journée des couettes. Elles passent le 02/10 à l’Alhambra !
Beak> – Brean Down(Bristol)
Le trio krautrock, héritier de Portishead et Massive Attack, sort son 3e album >>> et sera en live à Paris le 02/12. Ici, « Brean Down sonne comme si Nirvana s’incrustait à une convention Bronx B-Boy. » 
CHAI – N.E.O(Nagoya)
On pourrait célébrer l’année du japon avec ce quatuor-ovni aux couleurs acidulées. Leur premier album PINK sortira le 12/10 et présentera une pop engagée pour la diversité des corps, les gyozas, l’huile, mais contre le gaspillage alimentaire bien sûr. A écouter pour une régression vers l’enfance sur riffs de guitares.
Caroline Rose – Money (Long Island)
On continu dans le girl power avec verve, débridé (hum), aux abords de la satire pour un 2e album nommé Loner.
Itchy-O – Black Mist (Denver)
Grosse découverte que ce groupe électronique doté de plus de 50 percussionistes sur scène (!), il s’en dégage une texture mystique, japonisante, carrément dark. Leur album Mystic Spy | Psykho Dojo, produit sur leur propre label suit bien les deux thèmes de son intitulé : l’un ésotérique et cinématographique, genre espionnage, l’autre évoquant la discipline martiale. En plus de l’album, le groupe offre un accès digital pour composer son track à l’aide de 14 vignettes sonores à mixer soi-même. Sérieux, on aimerait bien les voir live en France !

DANCEFLOOR

Savage Gary remixe Warmduscher I got friends (London)
Woohoo, l’heure est à célébrer la chance d’avoir des amis. Ce titre est juste jouissif. BTW who the fuck is Savage Gary ?
Sworn Virgins Burning Off my Clothes(?)
On reconnait bien là le goût du label DeeWee de Soulwax pour les lignes de basse et rythmes ultra groovy, pourtant le mystère reste complet sur ces Sworn Virgins.
N’To Alter ego (Marseille)
Alors en pleine tournée des 5 ans du label Hungry 5 monté avec ses potes Worakls et Joachim Pastor, N’to lâchait sur le net deux nouveaux tracks : Croche et Alter Ego.
Sassy 009 Pretty Baby (Oslo)
Sunny, Tia et Joe, sont trois copines d’écoles qui forment aujourd’hui un trio electro-pop norvégion auquel le monde commence à tendre l’oreille, affaire à suivre.
Aphex TwinMT1 t29r2(Limerick)
Quelqu’un a-t-il jamais expliqué comment Aphex nommait ses tracks ? Bref, le compositeur révolutionnaire a sorti son album Collapse à renfort de com mystérieuse. On en sort cette pépite d’une richesse insoupçonnable : sorte de fourre-tout expérimental où s’imbriquent drum’n bass, mélodie enchanteresse, dark-wave et 8-bit. Un documentaire audio essaie de décrypter le personnage sur la BBC.

BONUS

Lisa GerrardRite of Passage(Melbourne)
La chanteuse de Dead Can Dance s’est associée au percussionniste David Kuckhermann pour son album Hiraeth, j’aurais pas vraiment misé sur l’Australie en entendant cette beauté ! Son groupe lui sera de retour sur scène en mai.

– Julie Lesage –

Invitations pour les Plages Electroniques !

Concours pour 2×2 places sur la soirée de votre choix aux Plages Electroniques à Cannes du 10 au 12 aout

Cannes n’a pas que le festival du cinéma, la belle a aussi son festival electro de l’été, les pieds dans l’eau.
Avec une équipe complètement remaniée, puisque la DA Gaby (voir son interview sur l’exportation des Plages Electroniques) s’est envolée vers les States, Panda-Events a mis le paquet cette année sur une programmation des plus ecclectiques pour accueillir 40 000 festivaliers en tongs, dispersés entre la plage, le toit-terrasse du palais et l’after à la Rotonde. Il y en aura pour tout le monde :

👌 de l’electro mélodieuse avec le duo The Blaze, prêt a sortir son 2e opus après le succès de The Territory, les soupirs suaves de Gorgia Angiuli, et le trio d’Hungry Music qui célèbrera les 5 ans du label à 6 mains (Worakls + N’To + Joachim Pastor), l’électro à la fois épurée et sombre de Kölsch et les petits nouveaux Haute

🔊 de la techno tapageuse avec la belge Amélie Lens qui ne cesse de grimper sur les charts, la légende allemande charismatique Sven Väth, mais aussi l’aventurier des grands froids Molecule, l’indétronable Recondite 


🎶 de la house populaire un brin chill sur la playa avec le chef de file Jamie Jones, la cimbale loungy de Leo Pol, le petit grenoblois Agoria, Synapson, son disque d’or en main ou encore The Avener, ce tube de l’été dernier qu’on a du subit 12 000 fois.

Bref une belle brochette avec de l’agneau pour les caractères trempés, du boeuf tendre à souhait, du poulet pour se trémousser en basse cour, et même du végétarien pour les vacanciers parisiens.


Si tu ne vois pas les liens pour réserver, désactive ton adblock 1 minute.
Pass 3 jours : Réserver
Pass Vendredi-samedi 2 Jours : Réserver
Vendredi :
Réserver
Samedi : Réserver
Dimanche : Réserver


TENTE TA CHANCE pour gagner 2 pass pour la soirée de ton choix, en 2 étapes:

1. Like notre page Facebook
2. Envoie nous un mail à contact@wisesound.fr en précisant l’objet, ton nom, ton prénom, et la soirée pour laquelle tu veux gagner 2 places.

Plutôt simple, pas de questionnaire, pas de dessin à faire.
…et si en plus, tu partageais le concours via Facebook, Twitter ou autre, ce serait super sympa, nous permettant plus de visibilité, donc plus de partenariats et plus de places à faire gagner pour les prochains concerts!

Les gagnants seront prévenus par mail une semaine avant l’event.

Retour sur les souvenirs en vidéo

Interview de Worakls sur la plage 2016

After-movie Plages Electroniques 2014

Gagne ton invit pour N’To et Joachim Pastor

Pour le samedi 10 février 2018 au T7

TECHNO MELODIEUSE
Pour ceux qui ont faim, arrive la 2e Hungry music party :
Après avoir invité Worakls pour l’opening, c’est au tour de
N’TO et Joachim Pastor de venir découvrir le T7, le nouveau club du groupe Noctis avec vue sur la Tour Eiffel depuis de Parc des Expositions. Will Spleen, par contre, revient une deuxième fois. Il a du kiffer !

TENTE TA CHANCE pour gagner ton invitation, en seulement 2 étapes:

1. Like notre page Facebook
2. Envoie nous un mail à contact@wisesound.fr en précisant l’objet ainsi que ton nom, ton prénom.

Plutôt simple, pas de questionnaire, pas de dessin à faire.
…et si en plus, tu partageais le concours via Facebook, Twitter ou autre, ce serait super sympa, nous permettant plus de visibilité, donc plus de partenariats et plus de places à faire gagner pour les prochains concerts! Les gagnants seront prévenus par mail.

L’image contient peut-être : nuit

Invitations pour le Marvellous Island festival

Samedi 6 et dimanche 7 mai

Le Marvellous Island festival revient enfin avec son univers utopique, ses couleurs enchanteresses, l’allégorie du printemps et du bon son. Et pour son 5e anniversaire, la prog alterne techno et deep-house sur 4 scènes à la plage de Torcy. On compte sur Kölsch, Rampue, Stereoclip, Agoria, Michael Meyer, Julian Jeweil, N’To, Maya Jane Coles et tellement d’autres…(voir le line up)

Voir film 2016

TENTEZ VOTRE CHANCE pour gagner 2 invitations, en seulement 2 étapes:

1. Likez notre page Facebook
2. Envoyez nous un mail à contact@wisesound.fr en précisant l’objet, votre nom, votre prénom, et précisez nous quel jour vous préfèreriez être invité dans la magie bucolique. 🙂

Plutôt simple, pas de questionnaire, pas de dessin à faire.
…et si en plus, vous partagiez le concours via Facebook, Twitter ou autre, ce serait super sympa, nous permettant plus de visibilité, donc plus de partenariats et plus de places à faire gagner pour les prochains concerts! Les gagnants seront prévenus par mail.

Interview N’To on tour

.

18h30 j’entre au Showcase, l’espace semble immense et reflue les vapeurs d’alcool de la veille. La clique Hungry Music fait les balances pour une soirée qui s’annonce bien grasse en performances. Je m’installe avec le producteur électro de 29 ans N’To dans le petit salon cosy artiste. Pour ceux qui se demandent encore d’où vient ce nom mystérieux N’To, en fait c’est tout con: l’artiste s’appelle Anthony, forcément ses potes l’appellent Antho, et comme Antho nous vient de Marseille, avec l’accent ça se prononce N’To. Voilà vous saurez au moins comment bien le prononcer maintenant.

Bonjour N’To, peux-tu nous présenter la soirée à venir?
Bonjour, je fais de l’électro avec Worakls et Joachim Pastor au sein de notre label Hungry Music, lancé il y a un an. Et pour ce premier anniversaire, nous avons lancé une tournée en France, avec un format un peu particulier que l’on est super content de présenter ce soir au Showcase: on fait nos trois lives d’affilée. Sur le dernier morceau du live de chacun, les deux autres interviennent, Kevin (Worakls) au piano et Joachim à la guitare.
Génial!
Ouais, on essaye de proposer un truc à la fois vivant, musical et très excitant pour nous.

Tu viens de sortir un EP de 2 titres avec Time et Chez Nous. Au début de Time, on distingue une trotteuse, puis plus loin comme un moteur qui s’arrête. Cette musique a-t-elle un scénario visuel?
Elle a un espèce de déroulement que tu peux mettre en image mais je n’ai pas pensé à une histoire particulière. C’est vrai qu’il y a cette progression de trotteuse calée sur le temps de musique puis qui racle, se fond dans la mélodie puis repart. Un petit coté destructuration du temps puis restructuration. Ce morceau je l’ai fait en hommage au titre Time de Pink Floyd qui lui aussi commence avec des bruitages de trotteuses et horloges.


Alors justement qui t’inspire aujourd’hui, parmi les nouveaux producteurs de la scène électro ?
Il y en a plein que j’adore: David August, Recondite, Tale of Us, …deep, très musical, super coloré, ça me parle beaucoup car il se passe plein de choses dans leurs morceaux. Rodriguez Jr. a également une sensibilité mélodique. Je préfère quand il y a des notes, une histoire, des couleurs.

A 10 ans, tu as commencé par jouer de la guitare et écouter les albums rock de ton frère. Est-ce qu’il t’arrive aujourd’hui de ressortir ta guitare?
J’ai malheureusement de moins en moins le temps, je laisse ça à Joachim qui pour le coup la prend sur la tournée en ce moment.
Aurais-tu des projets annexes plus instrumentaux ?
Et bien là en ce moment j’ai construit un live hors cadre de la tournée, avec un batteur qui fait aussi du vibraphone et du marimba. J’ai fait la première il y a trois semaines pour la We Art et cela s’est super bien passé. Je veux introduire cet aspect acoustique, naturel, joué, à ma musique depuis longtemps. C’est génial de pouvoir apporter un live vivant, je vais également le présenter au Printemps de Bourges.

N’to Live Perc 2015 !!!Prochaine date le 25 avril au printemps de Bourges 🙂


Et qu’en est-il du projet
Ento ?
Ah oui, il y a quelques temps, j’ai juste mis en ligne quelques tracks un peu trip-hop, electro-acoustique, hip-hop etc. Et finalement au fur et à mesure, les deux projets convergent en fait. Donc je vais surement pousser ce côté live sous mon nom N’To.

Tu as composé Petite pour le premier anniversaire de ta nièce. Le clip de ce joli morceau met un peu mal à l’aise: on y voit trois jolies jeunes filles passer le temps dans une maison. L’une d’entre elle est particulièrement destructrice, elle brûle des papiers, se sert du vin à outrance, joue avec un fusil. On s’attend à un drame affreux tout le long du clip. Y a-t-il un message ici pour ta nièce?
En fait, je tenais à ce que les potes qui ont réalisé ce clip appliquent leur propre interprétation du morceau. On a financé la réalisation via KissKissBankBank, le projet a été dirigé par Flavien Berry et Julien Reynaud. Ils ont posé le script comme le morceau les inspirait. Je ne veux pas interférer dans le déroulement de leurs idées, donc les images ne sont pas reliées à ma nièce.

Avec quels outils produis-tu?
La majeure partie du travail de composition se passe sur Ableton entre un ordi et un micro, une guitare de temps en temps que j’enregistre, des potes à moi qui jouent quelques instruments, un clavier …

On va parler du label maintenant. Donc tu as monté le label Hungry Music avec Worakls et Joachim Pastor. Ce nouveau label a-t-il pour vocation de représenter ce même style techno-house mélodieuse?
On ne veut pas être trop étiqueté, se fixer de limite de style, même si par la force des choses on va forcément l’être.  A long terme, on se voit sortir des artistes qui sortent du cadre de l’électro dancefloor, des choses plus expérimentales, qui laissent beaucoup plus de places aux instruments, voire même un peu jazzy, un peu classique. On veut vraiment élargir notre style avec le maximum d’artistes que l’on aime.
As-tu quelques poulains HM  à nous donner?
Oui, il y a Efix qui nous suit actuellement sur cette tournée; Kokenn , un artiste de Marseille avec qui il travaille et que l’on suit de près également, ils donnent tous deux une sensibilité très intéressante. Il y a aussi Stereoclip, qui est loin d’être un débutant, mais avec qui on aimerait vraiment travailler.

Sur tous les EP HM, notamment  Time et le nouvel EP de Joachim Mekong, on a visuellement l’impression que votre label mange la place de l’artiste avec cette énorme logo-pastille sur les pochettes. Votre stratégie marketing?
C’est notre côté familial, très uni. On est tous les 3 directeurs artistiques et propriétaires du label, c’est notre identité commune même si le style diffère, donc oui on veut vraiment le mettre en avant.

safe_image artworks-000080624146-y7s3jb-t500x500worakls_salzburgEP_hungrymusic_210x210Joachim-Pastor-Mekong-EP

.

.

.

De prochaines nouveautés auxquelles s’attendre?
Oui ! 3 albums, et le Printemps de Bourges le 25 avril !

Une question plus personnelle. Tu es Marseillais donc tu connais bien la Côte d’Azur. Quand je vais en vacances à Cannes ou Nice, je ne trouve que des clubs de m… jouant du Lady Gaga et du David Guetta. Quel endroit me conseillerais-tu?
A Marseille, je peux t’en dire quelques uns: le Spartacus, le Baby. Après les clubs de la Côte d’Azur version Nice ou Cannes, je n’y vais jamais, c’est pas trop ma tasse de thé non plus.  Mais tu as des festivals électro comme Crossover.

On a parlé de la techno de Détroit, de la minimale de Berlin. Est-ce que tu t’intéresses à une électro qui monte à l’étranger?
Pas particulièrement. On a joué à Copenhague récemment et j’ai été très surpris par ce côté Berlin d’il y a quelques années, avant qu’aller à Berlin deviennent disons…à la mode. Il y avait cette ambiance de club sombre, industriel, avec un bon petit son, et des gens de partout sans catégorisation.

Tu ne fais que du live, jamais le DJ. Ce qui est une bonne chose, on est sûr de ne pas être dupé quand on vient te voir. Y a-t-il un gap dans une conversation pro entre un producteur/ compositeur et un DJ qui passe des vinyles?
Il y a plein de DJ qui sont aussi compositeurs mais qui préfèrent faire le DJ en soirée. Le producteur est plus porté sur la créa, la conception d’un morceau de la première à la dernière minute, il ne conçoit pas les morceaux de la même manière qu’un DJ qui, lui, pense plus à l’enchaînement possible, les transitions. Le DJ va travailler sur la longueur de son set et son évolution, donc oui tu sens forcément une différence mais tu peux parler de musique avec n’importe qui sans que cela pose problème.

Vous allez jouer ce soir, que faites vous avant un set?
On se détend, on boit un coup avec les copains, on dit des conneries, beaucoup.
Avec Worakls, vous vous êtes beaucoup remixés l’un l’autre. Du coup comment vous organisez-vous, y’en a un qui dit « ce soir c’est moi qui fait Trauma et pas toi! » ?
(rires)Ouais c’est un peu çà, on se le dit avant. Cette dernière période Worakls a beaucoup fait Trauma, on essaye de s’entendre avant, ce serait con de la faire 2 fois, et puis là sur le nouveau format on la joue à trois donc la question ne se pose plus.

Tu m’as drôlement surprise aux Trans. Je m’attendais à danser les yeux fermés sur une électro-house planante comme en studio, et finalement…
Ca a tapé , ça a cogné ? 🙂
Plutôt oui, tout en progression, tu es le seul concert sur tout le week-end des Trans où j’étais en débardeur!
Ah c’est bon ça! La classe, ça fait plaisir parce que c’est justement ce que j’essaye de faire. Je fais des productions très deep, house, qui s’écoutent à la maison car je suis dans cet esprit là en studio tranquille avec un tempo très lent, que je retravaille avec de l’énergie en live pour que ca devienne dansant.
Super et bien on attend le live de ce soir avec impatience ! Merci N’To.

N'To - Showcase

L’épopée des Trans part 1 (vendredi)

.

Les Trans c’est un peu le festival où il est impossible de suivre ton programme préalablement établi: la course entre les lives et les interviews, un set phénoménal qui te fait passer le groupe suivant à la trappe, un coup de cœur inattendu, …

Donc on a pas pu tout voir, mais voici ce qu’on a vécut sur les nuits de vendredi et samedi (enfin, de ce qui peut être raconté):mms_20141209_141903

En arrivant sur les lieux, on va direct sur le stand FiContent qui a développé l’application spéciale Transmusicales en test pour cette année 2014. Une appli super bien faite avec les live en temps-réel, le plan en 3D et géolocalisation, l’onglet pour sociabiliser à mort avec Twitter, …on a juste été étonné lorsqu’on a cliqué sur « Allumez le feu! » : vous êtes sérieux là ?

Grand-BlancAprès notre entrevue avec Superets, direction le Hall 8 au pas de course pour profiter de la fin du set de Grand Blanc, LE groupe français le plus attendu des pros du festival, comme une promesse electro-rock aux textes poétiques et pleins d’anxiété. Au moins on aura pas loupé Samedi la Nuit. Finalement, la voix « à la Bashung » de Benoit David est beaucoup moins caverneuse en live et tiens plus de la douce révolte rock. On les retrouve ensuite pour un interview, ambiance encore chaude et essoufflée de leur prestation (lire leur interview).

 .

La pause galette saucisse est obligatoire, nous sommes à Rennes, dans l’espoir que cela nous réchauffe. Car oui Les Trans c’est un peu le seul festival « indoor » où tu te pèles grave le c…D’ailleurs c’est un peu dommage, je ne peux même pas applaudir les mains levées, je suis coincée dans mon manteau. Faudrait penser à faire des couloirs entre les différents halls mais il y aurait sûrement encombrement vu la foule. Cette année encore le festival était complet à l’avance pour les soirées de vendredi et de samedi, et sans Stromae ou autre tête d’affiche populaire! En 2014, les Trans ont mis le paquet sur les pointures électroniques: Boris Brejcha, The Hacker, Rone, …la plupart des gens que je croise sont venus pour l’un des trois. Il est vrai que l’électronique prend le pas sur de nombreux festivals aujourd’hui, assurant une rentabilité et des espaces complets. L’autre attrait des Rencontres Transmusicales de Rennes c’est son premier mot: rencontres. Directeur d’un festival pionnier dans la découverte de musiques « pépites » recherchées au quatre coins du globe, Jean-Louis Brossard fait venir des groupes au talent indiscutable sur le sol français pour leur première fois.

A 1h commence le set du génie à la bouille sympathique Rone. L’immense Hall 9 ferme ses portes à peine la dixième minute écoulée: complet. Il faut dire que le franco-berlinois ravie par son travail très pointu qui t’incite plus à une écoute attentive et un voyage intergalactique plutôt qu’à un  mosh pit. Derrière lui, des vidéos d’animation toutes mignonnettes accompagnent les nouveautés de son album à sortir en Février prochain…patience. 🙂


.

N'To-wisesoundEnsuite, eh bien ensuite c’est LE MEILLEUR SET de tout le festival. On a pas compris ce qu’il se passait. N’To nous a épatés!!! Tu sors de Rone t’as toujours froid et tu rentres dans l’arêne Green Room, là ça change tout. Cette arêne a été pensée ingénieusement: elle n’occupe que le tiers d’un hall, place le DJ au centre avec plusieurs écrans sur les murs environnants, montrant le jeu du compositeur sur ses tables, et installe les enceintes tout autour à l’arrière du public, ce qui améliore grandement l’expérience. N’To va bien au-delà de nos attentes: le rythme monte progressivement, joue avec le public, le rendant fébrile et toujours plus demandeur. La chaleur monte aussi: on passe du manteau au débardeur assez vite, et ce sera ma seule fois de tout le week-end. On se demande même si c’est bien toujours lui qui mixe tant on s’attendait à de l’électronica minimale qui nous ferait divaguer les yeux fermés; on s’est surpris à crier des Yiiiiiiiihaaaa les mains en l’air, sur une électro/techno de plus en plus puissante. Et avec ce son qui arrive derrière les oreilles, mmmh mon dieu que c’est bon! Tellement bon, qu’on a repoussé plusieurs fois le départ pour voir DBFC qu’on aime aussi beaucoup… jusqu’à les louper. Bref, les amis, dès que N’To revient sur la capitale, je vous y emmène!

Comme on s’en veut un peu (ou pas vu le bonheur ressenti…) d’avoir loupé DBFC, on s’est maté le live en entier et on l’a posté ici: http://www.wisesound.fr/concert-integral-dbfc-aux-transmusicales-2014/

.

Après DBFC c’est Ten Walls qui est programmé dans l’immense Hall 9. Le Lithuanien qui a cartonné avec son Walking With Elephants te transporte sur un son épuré. En gros ca donne ça, c’est magnifique: (en faisant abstraction de la saturation)

.

compact-disk-dummies_evavlonk-8_lightPendant Ten Walls, on est parti un petit quart d’heure vérifier la réputation de bêtes de scène des Compact Disk Dummies, sur une électro type LCD Sound System. Manque de bol on est arrivé pile sur une reprise de Britney Spears…mais le public avait l’air plus que conquis des morceaux précédents et de cette fougue que présente le duo belge, on les entendra d’ailleurs chanter du CDD jusque dans la navette du retour! Du coup, on a aussi dégoté le live en entier ici : http://www.wisesound.fr/compact-disk-dummies-live-aux-trans/

 

Enfin juste avant d’aller se coucher, Thylacine et son électronique planante mêlant jazz, hip-hop et saxophone calme tous les énergumènes avant de prendre la navette du retour dans le froid glacial.

>>Suite de l’épopée des Trans: Part 2, parce qu’on a aussi fait le samedi, tant qu’à faire !

[Images de Guillaume, Ouest-France, N’To et moi-même
Vidéos de Ouest france et D Hgr]

La compil’ pré-Transmusicales 2014

Si vous hésitez encore à prendre vos places pour les Trans, on vous a fait une sélection des découvertes de cette saison 2014: en avant-première, tous les groupes qui feront les prochains festivals d’été, et dont on parlera l’année prochaine.

POP: Superets, FUZETA, My Summer Bee, Compact Disk Dummies, Raury, Puts Marie, Moses Sumney

ROCK: I Me Mine, Grand Blanc, Jambinai, Bantam Lyons, Eagle Gift

CLUBBING: Jungle by Night, TOO MANY ZOOZ, Shamir, DBFC, The Hacker, DollKraut, Rone, Ten Walls, Thylacine, N’To, Marco Barotti

Plus d’info sur le festival: Transmusicales 2014