découvertes

Quand les femmes s’en mêlent, ça déménage

 

Mars 2018, déjà la 21e édition ! Plus de 20 ans que ce festival célèbre les femmes, leur créativité et leurs délires musicaux. Et pourtant ce festival Les femmes s’en mêlent, moi je l’ai découvert il n’y a que 3 ans.

Étonnant! vous me direz, puisqu’il est présent un peu partout dans Paris et ça dès mi-mars : son cœur battant à la Machine du Moulin Rouge et son pouls vibrant dans différents lieux Parisiens pour divers événements musicaux.

Un festival si singulier de par son éclectisme et ces artistes si sincères et généreuses que nous devions y faire un tour.

Le rendez-vous était pris : samedi 17 mars au soir, Machine du Moulin Rouge et au menu, du Hip Hop californien, du rock garage noisy, du rap suisse et de l’électro.

BLIMES BRIXTON, LA GÉNÉROSITÉ DU FLOW 

A peine arrivés, et déjà la claque !

Une claque blonde, énergique et californienne. Un flow généreux et sincère. Normal, notre jeune rappeuse a commencé en faisant du freestyle et des battles. Une volonté sincère de partager ce moment de scène avec nous: Blimes nous parle directement, descend dans la fosse, danse avec nous.

On se croirait entre potes. Elle nous énergise, à tel point que l’on n’hésite pas à monter sur scène avec elle pour danser ou encore pousser la chansonnette en duo avec elle.

De loin le meilleur concert de cette soirée !

RÊVERIE ET SON PARTAGE D’EXPÉRIENCE

Autre scène, autre ambiance. Sur la scène centrale de la machine, on attend avec impatience RÊVERIE. La tête d’affiche hip hop de cette soirée ! Elle a du métier maintenant. 10 ans qu’elle vadrouille les scènes. Et c’est jeune, très jeune, à 17 ans à peine, qu’elle devient la figure montante du rap underground californien. Prolifique, elle a déjà trois albums et quatre mixtapes à son actif.

Elle fait monter la tension en laissant sa MC mixer, peut être un peu trop à notre goût… Enfin, elle arrive et se lance dans un rap déchaîné !

C’est indéniable : elle a un flow de folie. Elle survole les lyrics avec une aisance déconcertante. Le summum du concert est atteint lorsque Blimes débarque pour entonner à l’unisson avec RÊVERIE un « I just woke up in Paris » comme pour se persuader que tout ceci est bien réel. Paris comme une consécration, une réussite, une fierté! Le public s’enflamme !

Seul bémol : chaque chanson est entrecoupée de longs monologues où RÊVERIE se fait la voix de la morale et partage son expérience pour « inspirer » son public. Le rythme est cassé et nous aussi…

KT GORIQUE ET LE RAP SUISSE FUT

Un sourire, une envie de se faire et de faire plaisir indéniable, KT GORIQUE vient de monter sur scène. Véritable bête de scène, elle se déhanche et nous dynamise de son énergie positive ! On se trémousse au rythme calé de son rap puissant, tantôt teinté de reggae tantôt inspiré de musiques africaines. Suisse d’origine ivoirenne, KT Gorique le revendique et se pare même de peintures évocatrices sur le visage.

PINK KINK OU LE ROCK GARAGE BIEN NOISY

Groupe improbable aux sous vêtements voyants, Pink Kink se déchaîne sur la scène de la Chaufferie. Un savant mélange noisy de rock garage, de punk, de riff de guitare et de psychedelic. Un quintet qui aime à provoquer, tant par leur présence scénique, leurs tenues, leurs textes.

CATHERIN ET SA TECHNO SENSUELLE

On est toujours dans la même salle, la chaufferie, mais on a changé d’atmosphère. CATHERIN nous envoûte avec une techno sensuelle, animale. Elle laisse aller son rythme primaire qu’elle habille de « vocals » de sa création. Tranquillement, nous avons découvert différents états d’excitation et d’euphorie: la musique de part ses genres si nombreux est capable de nous faire vivre tant d’émotions en si peu de temps !

Avec CATHERIN, la soirée électro a commencé, laissant la porte ouverte à de grandes dames : SAMA’ et IRENE DRESEL.

SAMA’ L’INSPIRANTE

Comment ne pas être inspirée par cet artiste si emblématique de l’underground palestinien, qui a réussit à faire émerger la techno à Ramallah ?

Simple, cachée derrière sa platine, elle déroule son mix, parfaitement. Doucement d’abord plus fiévreusement.

Rien à dire, on est pris ! Et on décolle avec elle pour ne redescendre que quelques heures plus tard. Rassasiés et heureux. C’est ça quand les femmes s’en mêlent !

-Marine Lombard-

Crédit photos – Antoine Boissonot

WiseList #38

.
[Image: La devise de Paris, Fluctuat Nec Mergitur:
il est battu par les flots, mais ne sombre pas .]

Playlist ci-dessous

ELECTRONIQUE / AMBIANT/ LOUNGE
Programmé au Pitchfork Paris, le trio Haelos a présenté une atmosphère électronique anglaise 90, vous y retrouverez le style Massive Attack. Alone est le premier titre du nouvel EP de Les Gordon composé de collaborations comme avec Lenparrot ou ici Timsters. Yppah vient de sortir un nouvel album intitulé Tiny Pause. Ce qui pourrait également correspondre à la légèreté de Social Lovers, ou à la douceur du Madrid de Holden, qui aurait bien sa place sur une compile de l’hôtel Costes, comme There’s an End de Holly Golightly and the Greenhornes a sa place sur la bande originale du film Broken Flowers.

ROCK
Lors de la question des influences pendant nos interviews, le groupe Clinic revient très souvent. On a réécouté leur album Walking With Thee, et c’est vrai qu’il s’avale avec délice. Pigeons & Rats est le premier single annonçant un nouvel album pour les parisiens HolbrookWall of Death (coucou Brice!) ont sorti de nouveaux morceaux dont Loveland. Laetitia Sheriff revient en force elle aussi avec son nouvel EP qu’elle a présenté mercredi au Petit Bain. Tout le monde parle de La Mverte en ce moment dans les medias, d’ailleurs on ne manquera pas de le retrouver aux Transmusicales de Rennes cette année. Etienne Daho a sorti l’Homme qui Marche,un album de 36 titres remasterisés, on en a passé une après-midi souvenir jusqu’à ce que l’on découvre Soleil de Minuit. Dans l’étude du programme des Trans, on a également découvert le groupe allemand Klaus Johann Grobe que l’on espère aborder dans deux semaines. Petite goutte d’insolence avec le titre Big Shot des Pearls, qui ont sorti leur premier album cette année. Toujours dans la série des nouveaux albums, on vous conseille Mythologies des britanniques shoegaze Cheatahs avec In Flux et Give Up Your Dreams directement de Nouvelle-Zélande avec The Phoenix Foundation. Dear Eyes est un projet solo que vous pourrez retrouver aux Bars en Trans, son titre Buttons est bien pêchu et on se demande ce que cela peut bien donner sur scène en one man band. Enfin le duo lyonnais Oh Boy! dévoile son premier EP The Fall, d’où surgissent les influences LCD Soundsystem et Krafwerk.

ELECTRO / DISCO / HOUSE
Clock Opera revient avec un nouveau single, on a hate de tester leur nouvel album : rock à l’image du formidable Lesson N°7, ou plutôt pop-électro comme Changeling ? … La suivante est une dédicace pour Caro 😉 et oui la B.O. de la série Utopia (que l’on vous recommande si vous ne connaissez pas) est créée par Cristobal Tapia de Veer. Quoi de plus entrainant pour danser que la disco-house après ces tristes évènements ? A.M fera parfaitement le travail. Rien que pour leur nom, on est copain avec Stand Wise, mais si en plus ils font de bons titres alors vient l’adoubement. Après Circle, voici Hours. Après l’énorme montée d’Odyssey, on a hâte de savoir ce que Rival Consoles nous prépare pour les Transmusicales. Enfin nous clôturerons cette 38e WiseList avec une nouvelle sortie de Pulpalicious: How I Feel.

Bonne écoute !

WiseList #33

[Image: contre la déforestation massive]


Playlist des dernières nouveautés musicales ci-dessous.

MELTING-POP
Over est la toute première et brève création indietronic de la collaboration du producteur allemand Douglas Greed avec le chanteur polonais Mooryc, un duo nommé Eating Snow, dont on attend plus de news. Dans la veine electro-pop, Black Atlass a sorti un nouvel album cet été, Jewels en est le dernier titre, rappelant les arrangements à la Flume et Fakear. Ibeyi dynamise de son chant les notes mélancoliques de Jay Electronica avec son nouveau single Exhibit Diaz, que vous pourrez entendre le 12/10 au Trianon. Un peu plus tôt, c’est au programme de Rock en Seine qu’ Here We Go Magic fera son retour. On découvre la pop aérienne du projet solo C.Duncan en direct de Glasgow avec Silence and Air, extrait de son premier album Architect à paraître le 25/09. On enchaîne toujours dans la pop avec les américains Homeshake, les anglais Chelou (eh oui on aurait pu s’y perdre), Douglas Pisterman qui a développé ses mélodies rythmées au conservatoire de Nice, The Maccabees également au programme de Rock en Seine et un remix de Son Lux tiré vers l’électro-celtique par Andrew Judah.

ROCK
Pour les rockeurs il faudra attendre la rentrée, l’ambiance grains de sable et soleil n’est pas propice aux sorties rock-n roll. La pop et l’électronique occupent largement cette WiseList. On a tout de même noté la sortie d’un nouveau titre de Luke, dont la voix et le discours rappellent Bertrand Cantat et Saez et ne nous rajeunissent pas, avec une vidéo dérangeante de danses de soldats. Juste avant: un autre titre beaucoup plus punchy de The Maccabees, hâte de voir ce que ce groupe va donner à Saint Cloud dans une semaine!

ELECTRONIQUE
VKNG fait également partie de la prog Rock en Seine, ils font leur bout de chemin après avoir été révélés aux Trans 2013 et sont remixés ici par Domenico Torti. Mmmmh la voix suave de David Shaw rythmée par les beats de Jennifer Cardini, une transition parfaite avec la sensualité Grand Cru de Saschienne (évitez de lire tout haut au bureau), rien de mieux pour nous faire réclamer de l’électronique! En parlant de Saschienne, ne manquez pas l’énorme clôture du festival Open Space au Petit Bain : Black Strobe, Brülin, Weval et Saschienne sont au programme d’une nuit de folie! Après la sensualité vient la jouissance avec Joy! Et sérieusement si cette beauté se nomme Entrée, on se demande ce que Joy! pourrait nous servir en plat principal. Bref Entrée, c’est LA track préférée de cette wiselist, avec toutes ses petites montées délicieuses notamment à 3:20 min puis c’est une longue balade explorant tous les sons pendant 9 minutes, et même quand on croit que c’est fini, ben non ca recommence.
Un remix de First Light de Django Django, c’est pas gagné sauf si tu t’appelles Ghost Culture, le petit protégé de Daniel Avery dont on avait chroniqué l’album y appose ses sons bien lourds et ça marche. Vu la promo sponsor facebook sur le nouvel album 7 de Paul Kalkbrenner, vous devez être au courant. On en a retenu Bright Roller, du PK tout craché. Après l’interlude TT de Koreless, on vous présente le tout jeune Applescal qui participera également à la clôture de l’Open Space en live gratuit sur la terrasse du Petit Bain le 11/09, en prélude au foyer ardent qu’ambiancera Saschienne quelques heures plus tard, on en remet d’ailleurs une pépite avec The Era of The Leopard. Vous découvrirez sur la scène Ile de france de Rock en Seine le duo Maestro qui a déjà travaillé avec nos idoles Discodéine et Bot’Ox. Préparez vous, leur album s’intitule Mountains of Madness, et c’est pas pour rien: première impression avec Méchant…Enfin on finira allemand et dark bass avec Sven Vath, tiré de 1999. Pas sûre de pouvoir vous souhaiter une bonne nuit après celà.

WiseList #23

La Pavane est une danse de cour lente du XVI siècle, pas grand chose à voir avec cette ma-gni-fi-que quiétude rythmée, on y entre tout doucement et on se surprend à recevoir le rythme dans la nuque jusqu’à ressentir cette envie irrésistible de sortir. Parfait pour éveiller vos sens d’écoute pour la suite de cette 23e WiseList.

BEATMAKERS
On s’intéresse aujourd’hui à la black music amenée par la house/hip-hop de Blutch et de Blue Sky Black Death, le genre de musique qui te réveille en douceur et bonne humeur le dimanche matin. Une autre tournure du hip-hop est amorcée avec Estère, jeune new-zealandaise qui produit ses morceaux elle-même en pyjama dans sa chambre. A la fois chanteuse et beatmaker, elle amène un peu de fraicheur féminine dans le milieu.

POP
En parlant de fraîcheur, on ne peut mieux faire avec SOAK qui parait avoir 15 ans (en fait il en a 18 mais n’a pas encore mué). Ce n’est pas Jordy mais mieux. Il sera d’ailleurs en concert gratuit lundi 23 Février (donc demain) au Carmen ! Le suivant Apparat est déjà un pilier, on est juste retombé sur une ancienne qui passe très bien et on a voulu la ressortir en WL. Voilà.

ROCK
Alabama Shakes trace sa route entre blues-rock et soul, c’est un peu le type de chanson qui peut passer sur toutes les radios, qui s’inscrit très bien dans la tendance après Mark Ronson. Une que l’on entend pas à la radio et c’est bien dommage, cela nous reposerait, c’est la canadienne Chinawoman avec sa voix si particulière de dandy mi-homme, mi-femme. On adore donc on en met deux dont la fameuse Party Girl. Et puisqu’on est dans les doubles rations, allons-y c’est gratuit, suivent 2 tracks de The Liminanas. Marie et Lionel revisitent les années 70, psychédélisme et cheveux au vent, préconisé à fond dans la voiture sur une route de campagne, si t’en as une de voiture. Et puis tu coupes le moteur et descends dans une cave un peu crado où Deficit Budgétaire joue son nouvel EP, car We Are, no matter la crise. Enfin vendredi 13 mars, c’est plutôt au Garage Mu qu’ils vont réellement jouer, avec Blackmail dont on vous reparlera. Plus on écrit en écoutant, plus on se dit qu’elle a du chien cette WiseList. Surtout quand résonnent les guitares de The Soft Moon. Perso, on ira les voir aux Nuits Sonores à Lyon en mai, mais pour les parisiens stoïques, ils passeront également le 3 juin à la Maroquinerie. Pour les Steeple Remove, c’est trop tard, c’était jeudi au Point Ephémère avec cette reprise sooooooo sexy Unclean, perso on la voit bien pour un strip-tease rock celle-là.

ELECTRO-HOUSE
Ghost Culture dont on a fait la chronique album ici a joué complet à la Boule Noire mardi dernier c’est dire si le jeune protégé de Daniel Avery était attendu sur Paris. Une autre belle surprise ce mois-ci, c’est un nouveau titre de Hot Chip, hyper dansant qui plus est, et çà ça faisait longtemps…Un nouvel album prévu pour cette année donc?
On enchaîne avec TR/ST (parce que Trust est déjà pris dans le hard rock par les copains d’AC/DC), groupe synthpop coldwave canadien qui tourne pas mal sur l’hexagone en ce moment. Puis, la meilleure de Ricardo Villalobos: Dexter. Elle te met dans un état second, et te prépare pour la suite: 2 artistes confirmés pour les Nuits Sonores. L’invité d’honneur Môsieur John Talabot, et une petite trouvaille, Mehmet Aslan, berlinois d’origine turque, qui donne de très bons espoirs avec Mechanical Turk. Si tu sais rouler des épaules, c’est le moment. On lui souhaite un très bon accueil à Lyon! On finira sur un deuxième morceau du beatmaker Blutch, plus dans le genre lounge dansant.

BERCEUSES
Avant d’aller vous coucher, une douceur, The Quiet de Chelou et une magnifique berceuse, digne des vieux disney avec Ala.ni: auteur-compositeur de London ayant fait ses premiers pas auprès de Mary J Blige, Damon Albarn ou encore Andrea Bocelli, elle sort de l’ombre et son premier EP Spring cette année.

WiseList #21

.

On a trouvé un nouveau partenaire web pour les playlists: Whyd. On est donc reparti pour de nombreuses WiseLists pleines de pépites musicales dont vous n’avez jamais entendu parler et on comprend pas pourquoi, fichtre de radios.

MELTING POT
Découverts aux Transmusicales 2012, les normands de Bow Low sont inclassifiables, alors on les a mis ici, en premier. Un an plus tard c’est le rock minimal de Oum Shatt qui s’exprime sur les planches du festival de Rennes. Gabriel Garzon-Montano, lui, voit ses concerts soul groove en plus grand, puisqu’il a été choisi par Lenny Kravitz pour chauffer les salles de sa tournée européenne fin 2014.
Spéciale trip-hop et mix électronique  sur les 3 morceaux suivants: Apollo Brown est un acteur majeur de la scène hip-hop de Détroit; le rennais Les Gordon rappelle les compositions de Chapelier Fou; enfin on s’est dit que le beatmaker G.Bonson devait se la péter avec un nom pareil, puis on a écouté son nouvel EP dont est issu Elephantasque et on s’est dit « ok, il peut. »

ROCK
On entre dans la série rock, par une fresque psychédélique qui invite au voyage, celle de Voice of the Seven Woods, un son Indie mystique from UK très agréable. Beaucoup plus à l’ouest, Miami nous prouve qu’elle ne produit pas uniquement de la dance commerciale à gerber ou du hip-hop en présentant Jacuzzi Boys, une sucrerie un peu espiègle qui tate du rock’n roll à l’arrière d’une mustang. Suit un souvenir de Poni HoaX, car si on se rend vite compte que Nicolas Ker ne sait pas chanter en live, la version studio passait drôlement crème comme on dit de nos jours. Nostalgie écoulée, on part en Ecosse écouter We Were Promised Jetpacks, et on se remet une deuxième tartine de Jacuzzi Boys qui prêchent le rock bonne humeur. Dans les actualités, le duo mixte Peter Kernel sort un nouvel album sexy. Et puis les filles rock’n roll ne sont pas en reste puisque Wolf Alice joue la première partie d’Alt-J au Zenith et Velvet Two Stripes is on fire.

ELECTRO-HOUSE-TECHNO
Marquees, c’est encore une autre pépite française: 4 nantais qui intègrent leur passion des claviers vintage dans une électro-pop très joviale. Sur une même ferveur dansante, les No Surrender s’en donnent à coeur joie. Vivement un live! (siouplait, siouplait). Vous n’avez pas eu le temps de lire notre chronique album du mois sur Ghost Culture? Pour une fois qu’on en sort une, ça vaut peut-être le coup. On vous met ici la meilleure. On l’écoute un peu en boucle en ce moment: cette arrivée en Depeche Mode pour finir en techno mmmmmh….un délice. Deuxième titre pour No Surrender, toujours en featuring avec Costanza mais bien plus deep, puis un remix de Jan Blomqvist qui était au ZigZag le week-end dernier. Enfin Museum clôturera l’effet clubbing avec un titre de son nouvel album: The Endless Odyssey. C’est qui Museum? Ben c’est Mathieu Zub, le guitariste de Black Strobe (en concert le 25 février), aussi technoide que son pote Arnaud Rebotini.

Pour bien finir,  une descente funky sur le blues post-cocaïne: c’était un message d’Escort Records.

Bonne écoute!

WiseList #19

.

[Image: polluants et algues sur le lac Hefei en Chine]

Premièrement on vous remercie pour l’appréciation de la dernière WiseList (#18), elle a battu des records d’écoute ! On y avait placé un mix du berlinois Rampue, et comme on l’adore et qu’il met de bonne humeur? on va commencer la #19 avec un autre de ses morceaux.

Des Fourmis dans les Mains sort son 4e album, une occasion de découvrir le français Laurent Fellot qui parle de la vie ordinaire en poésie contemporaine. Quelques choeurs plus tard, Elyas Khan groove avec son tube de l’année dernière Bells et donne juste envie de rouler des épaules. Casual Sex viennent de Glasgow et offrent une pop décomplexée, rien à voir avec la kraut pop de Lower Dens qui se présente comme un mal-être angoissant sur le titre Brains. On a découvert le projet solo pop-rock MellaNoisEscape dans les rues de Rennes pendant les Trans, cet homme a fait 15 concerts dans son camion itinérant sur tout le week-end! On revient à nouveau avec Casual Sex car il aurait été dommage de ne pas chanter avec les copains sur les joyeux « tou touloulou… », et on finira par les cris de The Wytches, qui sont passés jeudi à la Flèche d’Or dans le cadre du festival Winter Camp.

Un retour en arrière avec Thieves Like Us, pour reprendre un peu de légèreté en electro-pop, suivi d’Andrew Weatherall remixant Emiliana Torrini. Et qui n’est pas encore au courant que la Fine Equipe a sorti sa 3e Boulangerie avec de nombreux invités? Ici par exemple: Fakear. On continue l’ascension dans les mix électroniques avec un nouveau Weval bien planant. Ensuite accrochez-vous, on vous offre plus de 12 minutes des frenchies MountAnalogue, une track divisée en trois parties, si on peut dire, pas très loin du grand Modeselektor …Dans le même style bonne ambiance instrumentale, Gui Boratto a remixé Battles, et c’est aussi très chouette. On a trouvé Magnetic Ensemble sur le web par hasard, France Inter dit que c’est du jazz, d’autres de la techno acoustique artisanale, affaire à suivre…

Vachement plus dynamiques en électro-rock sont les jeunes belges Compact Disk Dummies,  également vus aux Transmusicales au début de ce mois, vous pouvez retrouver leur live intégral en vidéo ici. Dans la même lignée pour faire danser : KCPK. C’est tout jeune, c’est rémois avec seulement 2 tracks tapageuses  Better Love et Rules produites cette année.

En mode Electro-House-Techno enfin, s’enchainent: HVOB  et sa voix enchanteresse sur beats méditatifs, Emika sans apesanteur, Rampue (encore? OH OUI ENCORE! ce site n’a pas du tout été créé dans une optique objective…) et Canson, le champion de ces petites pépites « deep minimale douceur » nous offre un remix de Kalabrese. Enfin The Horses, ce sont les copains DJ de Shanghai: duo français constitué de Laura Ingalls (WiseList #02) et Clément Pony, qui s’attaquent ici au gospel, comme on l’a déjà apprécié de la part de Nicolas Jaar.

Last one: le rôle de la petite track douce sera porté par Ambrøse.

WiseList #17

.
[Image: Street Art de Dran au Palais de Tokyo, expo INSIDE]

Toujours débuter en douceur pour ne pas brusquer, du moins pas tout de suite. Langueur avec Sage et Jeremie Whistler, pop légère de La Plage,  Barbagallo et Gengahr.

De la pop 60’s de Forever Pavot, on se rapprochera sensiblement du blues et de la pop rock jusqu’aux rythmes électronisants dans un sacré melting pot avec  I Me Mine, The/Das, et un deuxième single de Grand Blanc avec, cette fois-ci,  une voix féminine, ce groupe français est décidément plein de surprise.

La transition est parfaite pour la house de Moscoman, Kuage, Ten walls, puis redescendre  avec Kaytranada et son remix des jeunes jazzeux de BadBadNotGood pour s’immiscer  dans les compositions électroniques de Joy ! et Fakear.

Fini la légèreté, les basses assourdissantes d’Andy Stott nous tirent vers des grincements indus. Puisqu’on est dans le lourd, allez, le single du nouvel album de Marilyn Manson, oui oui il est toujours là, un peu assagi, mais il tient. Et puis restons Rock version Girl Power avec Soviac et The Duke Spirit.

Quoi? T’as pas pu danser? Allez tiens de l’électro avec Christian Bachmann, Boys NoizeOdesza, et après tu te coucheras sagement sur Bettye Crutcher et son Lonely without you, que JiBe a gentiment partagé.

La compil’ pré-Transmusicales 2014

Si vous hésitez encore à prendre vos places pour les Trans, on vous a fait une sélection des découvertes de cette saison 2014: en avant-première, tous les groupes qui feront les prochains festivals d’été, et dont on parlera l’année prochaine.

POP: Superets, FUZETA, My Summer Bee, Compact Disk Dummies, Raury, Puts Marie, Moses Sumney

ROCK: I Me Mine, Grand Blanc, Jambinai, Bantam Lyons, Eagle Gift

CLUBBING: Jungle by Night, TOO MANY ZOOZ, Shamir, DBFC, The Hacker, DollKraut, Rone, Ten Walls, Thylacine, N’To, Marco Barotti

Plus d’info sur le festival: Transmusicales 2014