Camion Bazar

Alter Panoramix, c’était franchement pas de la soupe !

.

Quelle soirée incroyable ! Quelle organisation ! Et surtout quels nouveaux souvenix ajoutés à ceux déjà conservés de ma jeunesse.

Je ne le cacherai pas, j’ai toujours plus apprécié le Parc Astérix que celui d’Eurodisney:  l’univers de la BD, l’histoire des Gaulois, et des attractions moins enfantines . Pour moi, le Parc Astérix a toujours été le vrai parc d’attraction, avec son fameux Goudurix, à l’époque l’un des plus grands “grand huit” d’Europe où l’on a 8 fois la tête en bas.

Alors quand j’ai reçu l’invitation de mes potes sur Messenger pour me dire qu’une soirée s’organisait là-bas, je crois que je me suis dit cette phrase maintenant célèbre : « shut up and take my money ! ».

Les conversations de groupe ont vite filé dans une ambiance surexcitée, pour savoir qui avait sa place, comment en trouver d’autres… l’organisation mystérieuse ne laissant pas passer beaucoup d’infos, nous avons quand même réussi à prendre nos billets !

Il faut dire qu’il y a  6 mois, nous avons organisé un micro-festival avec 80 potes dans une ferme normande dont le nom était Cacofonix et le thème : Astérix chez les Vikings. [Oui ! On aime bien faire la fête 😀 ]
Toute ma troupe était prête niveau déguisement, et jubilait d’avance de pouvoir vivre la version 2 ouverte au public ahah !

La semaine qui précédait l’événement a bénéficié d’un tel ensoleillement et j’étais tellement impatient que je redoutais le pire: pas de page événement Facebook, pas d’annonce médiatique… Une malédiction allait-elle frapper ?

Le rendez-vous fut donné le samedi après-midi devant la Géode pour pique-niquer sur l’herbe. Le temps était au beau fixe et on remarquait déjà plusieurs groupes de gens déguisés ayant certainement eu la même idée. L’événement s’annonçait donc de plus en plus réel, l’ambiance et l’excitation de plus en plus palpable.

Au soleil couchant, à peine 30 minutes d’attente pour monter dans une navette d’humeur joyeuse. Nous sommes une quinzaine, nous sommes déguisés, nous sommes en route pour le Parc Astérix. Ca va être génial !

Arriver tôt dès 19h nous permet de rentrer sur le parc facilement, c’est bien la première fois que nous arrivons si tôt à une soirée électro. L’organisation d’Alter Paname est fluide et invisible et le monde commence à affluer petit à petix.

Première étape : s’approprier le lieu et surtout l’environnement dans lequel on va pouvoir évoluer pour la soirée. Mais sur le chemin, nous passons devant les montagnes russes Oziris, et l’envie est trop grande. Si on est venu icix, c’est aussi pour profiter du parc et de ses attractions : 4 d’entre elles seront exceptionnellement ouvertes jusqu’à minuix.

Entre les potes qui abandonnent parce qu’ils veulent un verre et ceux qui n’ont pas envie de faire la queue, notre peloton d’irréductibles tiendra jusqu’au bout à 5 personnes. Deux heures de file d’attente, c’est long, mais je ne suis pas pressé de courir partout, puisqu’on a jusqu’à midi demain. Prenons le temps de discuter, rencontrer les visiteurs, chanter ensemble,  etc.

La beauté des décors du parc participe à la bonne ambiance globale. Et, chance, nous voici placés au premier rang! Quel kiff de commencer la soirée les pieds dans le vide (les sièges étant accrochés à un rail au-dessus de nos têtes), balancé de tous côtés!

Ça y est on a complètement débourré du pique-nique, mais maintenant on est chaud pour aller voir comment ça se passe dans le parc. Plus j’avance dans le parc au travers des 5 scènes, des 4 attractions, des décors et des différents bars, plus je réalise qu’on est à l’endroit rêvé pour faire une belle teuf et je me sens gâté : par la météo, par mes potes, par le lieu, par l’orga au top. Tout est là ! L’Orgie Romaine, où mixent en alternance les rois des afters Nipples et El Hey, porte bien son nom.

Vers minuit, on se retrouve  tous ensemble pour une pause dinatoire, dans la tente Namaste, la scène chill.

Le seul problème qui se présente, c’est le froid. On est en dehors de Paris, on a perdu quelques degrés, et en plus, malgré le beau temps de la semaine, on sent la fraîcheur du parc qui s’intensifie. Quelques feux en extérieur ont été prévus pour les plus courageux. Et dans la tente Namaste Bazar (oui, comprendre le Camion du même nom, avec bien sûr Romain Play et Benedetta aux platines), il fait bon !

Alors que certains embarquent pour la Galère Romaine (attraction bâteau pirate), d’autres restent posés et planifient.  Je découvre que Manu le Malin, Mod3rn et Madben joueront sur une scène encore inconnue nommée Astropolix. Allons voir ce que ça donne car mes souvenirs brestois ne sont pas dupes: la scène du réputé festival Astropolis, ça devrait envoyer !

Sur le chemin, on fera une autre attraction, Mission Perdue, un labyrinthe d’expériences 3D. Encore une bonne madeleine de proust que de remettre ces lunettes 3D en carton de notre enfance et déambuler dans la sélection des meilleures expériences et illusions sélectionnées par le parc. Tellement drôle et fun, et en plus entre potes ! Le parcours idéal !

Je me rends bientôt compte que la scène Astropolix est installée au Vol de la Joconde: une attraction théâtrale très vivante que j’ai faite plusieurs fois et dont le parc a toujours été très fier. En arrivant, j’hallucine de voir qu’ils ont transformé le paquebot du spectacle en DJ booth, ils ont mis les moyens, ça bouge !  Les lumières et le paquebot donnent un effet de grandeur et de liberté incroyables. L’amphithéâtre de 1000 personnes et la scène sont complètement envahis par les festivaliers. Parce que Oui, cet Alter Panoramix a tout du festival. Nous serons festivaliers gaulois le temps d’une soirée!

Il est 1 heure du matin et on vient de découvrir la plus grande scène sur les 5. C’est toujours cool de découvrir des nouvelles possibilités en milieu de soirée, non ?

Vers 4h on repartira vers les autres salles et les feux installés en extérieur de-ci de-là. Ils commencent à faire bien froid, certains sont sur le départ. Pour ma part, je vais me caler dans le village gaulois avec des amis. Les ambiances sont toutes géniales, les décors à couper le souffle et la musique, même si électronique sur toutes les scènes, est toujours de qualité ! Et ça c’est le détail qui fait toute la différence, on est d’accord.

Je porte bas (oui oui, des guêtres gauloises), doudoune, gants, tour de cou, sac à dos avec t-shirt propre, de l’eau et quelques rations de nourriture, bref je suis deter, paré pour affronter le froid et danser jusqu’au bout de la nuit. On a tellement rigolé.

Lorsque les premières lueurs du jour tombent sur la scène extérieure Panoramix, on commence à fatiguer. On a finit comme tout le monde dans le petit nid du Namaste, parmi des dormeurs assoupis sur des énormes peluches, ou à même le sol tandis que l’on pouvait se frayer un chemin vers le DJ devant la tente et reprendre du poil de la bête à l’apparition des premiers rayons de soleil avec un after génial.

Voici un petit mix comme si vous y étiez, avec les petits oiseaux, par les mêmes DJ du Camion Bazar, ce matin-là :

Salutations au soleil, je décide de rentrer. Ma montre affiche 25 000 pas pour la soirée, le semi-marathon gaulois et j’arrive seulement aux navettes. Le temps est encore magnifique et le soleil plus que gratifiant après ces 12 travaux (voire un peu +). En 5 minutes, je monte déjà en navette et me téléporte directement à l’arrivée (lire «  je m’endors en m’asseyant dans le bus »). C’est un miracle ! Ca fait du bien de reprendre quelques forces.

Ah bon !? Quelqu’un a volé ma roue avant de vélo que j’avais garé Porte d’Aubervilliers. Je vais devoir le porter sur mon épaule et rentrer en vélib, tout va bien. Il est 9h30 du matin, je suis enfin chez moi. Ce matin, j’ai ramené 2 cadavres, moi et mon vélo. Tout va toujours bien ! Je suis dans mon lit, je ferme les yeux.

Quelle soirée Alter Panix ! Bravo Alter Paname !
C’est quand la prochaine ?

Jérémie Zimmermann

 

Dans le coffre du Camion Bazar

.

Camion Bazar fait partie de ces collectifs colorés et joyeux qui ont transformé la fête à Paris, avec Alter Paname, la Ferme du Bonheur, ou encore le merveilleux Otto10 (au bar duquel il n’est pas rare de croiser Benedetta). Dénicheur de friches, jardins et salles des fêtes variées pour y installer leur univers ultra scénographié, le duo nous propose depuis plusieurs années des célébrations alternatives au clubbing qui imposait ses morceaux commerciaux, ses prix, et les sempiternels refus des physios.  Ces diverses tribus pailletées s’activent dans un sens avant tout humain, pour organiser de sacrées après-midi-nuit de partages funky, rires disco, et danses electro.

J’avais rencontré le joli couple de Benedetta et Romain Play lors d’un festival, et l’attitude ouverte et communicative de ces deux là m’avait enchantée.
Malheureusement, un connard m’a volé mon smartphone quelques temps après…et l’interview enregistrée avec. Mon amertume passée, essayons de replonger dans mes souvenirs nuageux, car il me reste au moins la liste de leurs morceaux pépites, de ceux qui ne quittent jamais le coffre du véhicule :

Le titre pour ouvrir un set  
2001 Odissée de l’espace

☁ Je me souviens qu’avant même de s’installer sur le petit salon de jardin que je leur avais réservé, le couple s’était mis à ramasser tous les mégots sur un rayon de 3 mètres alentours.
« Mais c’est pas vrai, les gens font vraiment n’importe quoi! »

Le titre pour se laisser porter les yeux fermés
I think about you – Dj Koze Mix

☁ On a ensuite évoqué leur audace et fantaisie, qu’avec eux on avait l’impression que l’insousciance du jardin d’enfant était encore accessible. Ces rassemblements s’organisant dans la bonne humeur et l’acceptation de l’autre, les moindres tuiles étaient gérées sereinement, même si les afters s’y éternisaient. Pour les organisateurs, le plus difficile est évidemment de trouver l’idyllique lieu sauvage et l’accord des autorités pour s’y installer avec enceintes, induisant nuisances sonores parfois pendant jusqu’à 21 heures d’affilées. Ils m’expliquaient être toujours à l’affût de bons plans et élargir leur réseau de ce fait.

Le titre pour faire chanter le public 
Under Pressure – Queen

Hors emplacement sauvage, le Camion Bazar est aujourd’hui si renommé qu’il a roulé sur de nombreux terrains : Solidays, Pete The Monkey, Calabre, … pour se garer au mieux dans un écrin de verdure éloigné des grandes scènes, au moins champêtre sur des petites scènes à l’instar du pont des croisières Safari Boat. Tout ce bordel à roulette s’exporte même, comme à Hong Kong il y a quelques jours pour le festival SHI FU MIZ !

Mais le Camion ne perd-il pas son identité ambulante, lorsque l’on vous demande de jouer sur scène comme à La Clairière ?
Benedetta : Si, je trouve aussi, dans ce cas on essaie de ramener toute une décoration comme une façade de camion, mais on préfère jouer à l’extérieur, le spot parfait c’est genre près d’un étang.

Le titre le plus sensuel 
Cool Breeze – the Jeremy Spencer Band (Baltic Seaview rework)

☁ Ces fêtes estivales sont bien sûr éreintantes, le couple avoue mettre souvent l’ambiance sur des après-midi et nuits entières, et enchainer les festivals d’été tout en conduisant entre chaque set. L’automne est ainsi la bienvenue pour lever le pied de la pédale.
Ceci sans compter les préparations de l’univers féérique de chaque événement, auxquelles Benedetta s’attelle avec beaucoup de coeur, sans parler du temps de confection des costumes et de l’invention de jeux régressifs comme jubilatoires. Elle porte ce jour là une combi de velours vert, on lui demande où elle shope ses tenues si originales:

Benedetta : « Je fais beaucoup les friperies vintages, sinon y’a une super griffe, va sur le site de Jaded London. Au Macki festival, on a également fait la connaissance de Ultra Violet qui avait un stand, ils font de chouettes pièces. Et va voir TeddyBeurk, c’est super drôle: Lucile fait des bandeaux à l’aide de peluches ! »

Le titre qui engage des chorégraphies barrées 
Saetta – Fango

☁ Dans leur cabane à moteur exigüe, leur nom ne faisant pas défaut, un sacré foutoir s’amasse, liant l’utile, l’accessoire fêtard et surtout les objets fétiches emplis des meilleurs souvenirs. Mais leur chouchou depuis quelques mois c’est Jacky, leur petit chien qui est de toutes les parties, au risque de pisser parfois sur la scène …

Le Camion Bazar est devenu depuis la rentrée un « gang », ce qui permet à Romain Play d’inviter d’autres amis poseurs de son, ainsi que des musiciens, à la fête déjà déjantée. Le gang lancera d’ailleurs ses paillettes d’amour au NF-34 (les anciennes Nuits Fauves) jeudi 13 décembre, et célébrera la nouvelle année au Badaboum pour le décompte au cul du camion de 824h.

Le titre indétronable 
Only you – Frankie Francis Disco jam mix

☁ Lorsque je commence à poser des questions sur les titres préférés à passer pour un set:
Romain Play: « Ah. Alors moi j’ai un problème, c’est que je ne connais pas le nom des titres que je passe, je peux très bien te répondre « le disque rouge avec une voiture dessus ». Alors je t’enverrai les morceaux pour chacune de tes questions par mail. »

Romain Play connaîtrait ses artistes par coeur, vous n’auriez jamais lu cette interview, car tous les titres auraient été volés en même temps que mon téléphone, dans l’enregistrement précieux. Comme quoi, c’est facile de toujours garder le côté positif des coïncidences !

☁ Le souvenir le plus clair est la dernière réponse prononcée lors de cette rencontre:

Un message aux lecteurs pour la fin ?
Benedetta: « Oui, arrêtez de manger de la viande ! »

– Julie Lesage –
Merci à Romain et Benedetta pour leur patience, j’ai mis un peu de temps à le publier, cet article …
[Photo de l’interview : ©Mathieu Foucher
Photo promo en une: ©Flavien Prioreau]

Le titre pour fermer un set 
Outro – Ultra Vomit