Beirut

BEIRUT

BEIRUT

FOLK
Globe-trotteur et créateur proliphique, Zach Condon et son projet Beirut traversent les années en se renouvelant perpétuellement. Dans une lettre comme un manifest, Beirut annonce la sortie prochaine de Gallipoli, nouvel album du groupe et raconte ses épopées. Lire la lettre

Si tu ne vois pas le bouton rouge pour réserver, désactive 1 minute ton adblock.

 

BEIRUT : premier extrait du nouvel album !

.

Zach Condon, la tête pensante de Beirut, dévoilera son cinquième album studio Gallipoli le 1er février 2019. On vous propose l’écoute d’un premier extrait, pendant la lecture d’une lettre de présentation de Zach lui-même. A vos agendas, Beirut sera en concert à Paris le 05/04 !

«  J’habitais dans la loge du gardien de la demeure d’un multimillionnaire purgeant actuellement une peine de 20 ans pour fraude fiscale et financière, entre autres méfaits. Au début de l’hiver 2016, j’ai entamé la composition de ce qui allait devenir Gallipoli sur l’orgue Farfisa. (…) j’ai programmé une session de trois semaines dans un tout nouveau studio à Chelsea, le Relic Room. C’était les jours les plus froids de l’hiver. Une fois les principaux instruments enregistrés, mes camarades Nick Petree (batterie), Paul Collins (basse) et moi-même avons retravaillé chaque note avec des amplificateurs cassés, des échos spatiaux, des systèmes de sonorisation et des vieux magnétophones. Nous avons parfois laissé un synthé tourner en boucle dans la salle d’enregistrement à un volume si fort que nous devions porter des écouteurs sur les oreilles lorsque nous rentrions dans la pièce pour effectuer des réglages. Je voulais que chaque grincement et chaque gémissement des instruments, chaque note désaccordée, chaque bourdonnement d’ampli et chaque dysfonctionnement technique restent incrustés dans les fentes des chansons. 

Au printemps 2017, j’ai répondu à l’appel du nouveau skate park construit quelques mois plus tôt juste en face de mon appartement à Brooklyn. Après quelques jours passés au parc à me familiariser de nouveau avec la planche, j’ai raté un simple trick et suis tombé, me cassant le bras gauche pour la quatrième ou la cinquième fois de ma vie… Une deuxième session en studio à New York était prévue, mais, blessé et déprimé, je l’ai annulée et suis reparti à Berlin. Environ une semaine après mon arrivée, j’ai eu ce que l’on pourrait appeler une épiphanie lors d’une pause cigarette à Prenzlauerberg. J’ai décidé de rester pour de bon. J’ai encore écrit durant six mois, sur un Korg Trident que j’avais loué et d’autre synthés appartenant aux Kaiku studios de la Stralauer Allee.

Pendant sa lune de miel en Italie, Paul avait eu vent d’un grand studio niché dans la région rurale des Pouilles. Avec Paul, Gabe et Nick, nous nous y sommes retrouvés en octobre 2017.(…) nous avons passé entre 12 à 16 heures par jour en studio, avec des excursions d’une journée sur la côte et un régime équilibré composé de pizzas, de pâtes et de piments que nous achetions au chili-man de Lecce. Une nuit, nous sommes tombés par hasard sur une ville insulaire médiévale, Gallipoli. Nous avons suivi une procession où une fanfare, menée par des prêtres portant une statue du saint local, remontait les rues étroites et sinueuses de la ville… » ©Zach Condon

Gallipoli