STOMP plaît maman, j’peux taper partout ?

.

En 2002, je passais mon bac.
En pleine ouverture sur le monde et découverte artistique, avec les copains, on se regardait le DVD Pulse, a Stomp Odyssey. 41 minutes de percussions et voix des quatres coins de la terre, faisant s’entrechoquer les environnements les plus divers : vieilles cloches européennes, traditions ancestrales africaines, bruits du quotidien d’un immeuble de NYC, …Stomp ça faisait rêver.

16 ans plus tard [sic], le collectif des tapageurs est à l’affiche des Folies Bergères pendant un mois. Le spectacle de percussions qui fut créé pour la rue en 1991 par Luke Cresswell et Steve McNicholas tourne aujourd’hui de Broadway à Vegas en salles combles. Un mois à Paris avec deux représentations par jour… Leurs mains ne sont donc plus que cornes ?

Avec une dimension théâtrale parfois clownesque pour les enfants joyeux du dimanche, 8 percussionnistes musclés (dont deux femmes) créent le rythme à l’aide d’objets du quotidien et occupe l’espace aérien de cabrioles et lancers d’instruments. On s’attendait bien sûr à la cacophonie explosive version carnaval de Rio des poubelles métalliques, à la douceur des balais sur le sol (qu’il faut remplacer expressément dès que l’un d’eux casse au choc) et à leur performance impressionnante et tonitruante en suspension sur le mur du décor version techno-rave jouissive. On s’y attendait parce que c’était dans l’autre DVD, Stomp Out Loud, paru en 1997. (Oui j’étais fan au lycée. C’est un peu comme une réalisation, de les voir en vrai.)
Les Tambours du Bronx ont les cris et « chants » en plus, alors que Stomp diversifie ses instruments, ce qui permet de ne pas se lasser.

Mais contre toute attente, ce sont les tableaux minimalistes qui nous ont fait tendre l’oreille et trouver une mélodie enchanteresse. La pierre à briquet gratte, les allumettes se secouent, l’évier déverse son eau, les tuyaux spiralés font de l’accordéon, les bâtons combattent ou se balladent sur les barreaux des caddies. On pourraient presque y déceler certaines expérimentations à la Aphex Twin.

Le final se déroule bien sûr avec la participation du public et ses petites menottes.
On en ressort ravis comme après un spectacle (très) familial, à l’affût des murmures du monde qui nous entoure.
On plaint cependant ces parents qui vont inévitablement endurer un tintamarre monstrueux (mais sûrement créatif) à la maison…

– Julie Lesage –

Bonne nouvelle, on a retrouvé le DVD de 2002 sur YouTube ! C’est vachement bien YouTube: [Les premières images sont une pub.]

 

[Photo Une : Steve Mc Nicholas]