Sons of Raphael : Bad boys ou gentils garçons ?

Sous leur look de petits gars So British échappés des années 70.  Ils ont piqué ma curiosité, les deux brothers, originaires de Londres et à l’énergie électrique formant le duo scénique
Sons Of Raphael.

De quoi nous redonner espoir dans cette toute dernière génération du rock anglais.

Puisqu’ ils sont désormais habitués à tenir la première partie des excellents Mini Mansions sur leurs dates européennes, c’est à cette occasion que je les retrouve au Picture House Social de Sheffield, en attendant de les voir sur des scènes françaises prochainement.

Loral et Ronnel Raphael, n’ont qu’un EP derrière eux, A Nation Of Bloodsuckers, sorti en Septembre 2018 chez Because Music, et déjà remarqué par la critique. Les Sons Of Raphael nous promettent un premier album, accompagné d’un orchestre, rien que ça, dont la date de sortie reste encore un mystère. Mais qui nous laisse déjà entrevoir de belles surprises.

.
S’ils disent souvent trouver leur inspiration particulièrement en dehors de toutes autres musiques, et ne pas vouloir parler politique, leur fascination pour la religion est passée de sujet d’études (Ronnel ayant étudié la théologie) à inspiration divine, a-t-on envie de dire et on ne peut que leur demander de continuer dans cette direction.

Face à des groupes de rock trop souvent léthargiques, cédant à la facilité dans l’écriture autant que dans la composition, les Sons Of Raphael ne font aucune économie, de mots, d’arrangements, ni même de calories. Et ça fait du bien à nos yeux comme à nos oreilles.

N’hésitant pas à s’entrechoquer littéralement sur scène, comme dans leur clip Rio, avant de retrouver leur calme pour permettre à Loral de passer de la guitare à l’Omnichord, vous avez bien lu, le charme de leur look vintage s’immisçant dans leur son jusqu’à leur permettre de s’accompagner d’un Omnichord sur scène, pour mon plus grand plaisir, j’avoue ! Bref, un savant mélange d’élégance et de folie à écouter si ce n’est pas déjà fait !

Finalement, bad boys ou gentils garçons, pourquoi choisir, si l’on est capable d’être les deux…

– Eva Camus –

X