Rock En Seine: une édition 2019 exaltante!!

 

Comment décrire cette édition 2019 de Rock En Seine autrement que comme une explosion de musique et de satisfaction ? Car honnêtement rares étaient les déçus de cette sélection scénique. Que vous soyez Pop, Rock, Metal, R’n’B, Electro…. Il y avait bien de quoi satisfaire toutes les oreilles. Malgré un samedi pauvre en têtes d’affiches Rock pour motiver les gambettes des festivaliers à se déplacer en aussi grand nombre que pour The Cure… Le festival compte cette année près de 100 000 festivaliers sur trois jours, contre 90 000 l’année dernière, cela prouve bien que cette édition valait le détour!

Avec l’apparition de la scène Firestone, la disparition de la scène Bosquet et l’apparition de la scène des 4 vents, il fallait suivre le plan. Il y a également eu des nouveaux stands cherchant à attirer l’attention des festivaliers comme le bus Aigle On The Road, qui proposait une Silent Party, sur fond de Disco, imposant quelques difficultés de communication, pas mon truc, ou le stand Meetic délivrant des cœurs roses et clignotants qui semblaient plus appeler à l’aide que dire simplement cœur à prendre… Mais bon chacun son truc. Sans oublier le principe du Cashless, certainement une bonne idée pour la caisse, pas toujours pratique pour les festivaliers qui doivent parfois se farcir une attente supplémentaire avant de pouvoir retourner faire la queue pour une bière, conseil pour l’année prochaine prévoyez une cagnotte généreuse d’entrée et vous serez tranquille, puisque vous avez un mois pour vous faire re-créditer ce qu’il reste sur le bracelet. Mais parlons plutôt musique.

Vendredi 23 Août :

16h00 à la scène Cascade, Alice Merton se révèle être une bonne surprise de ce début d’après-midi, avec des arrangements légèrement plus Rock en live, la chanteuse révèle un charisme et une énergie qui embarque le public jusqu’à la fin de son concert, qu’elle clôture par son titre le plus connu, logique, No Roots. Je vous laisse peut-être découvrir Trouble In Paradise.

 

Puis vers 17h00 vient le tour du groupe Belge, Balthazar, sur la Grande Scène. Déjà invité lors de l’édition 2015. Le groupe de Pop-Rock-Indie nous présente son troisième album Fever sortit en janvier, aux rythmes toujours aussi envoûtants. Leur jeu unique se déroule aussi facilement en live qu’avec leurs albums. Il suffit de laisser opérer la magie des voix suaves et complémentaires de Maarten Devoldere et Jinte Deprez.

 

A 19h50 mon cœur penche pour Jonnhy Marr que je n’avais encore jamais vu en live. L’anglais d’une générosité évidente sur scène m’embarquera jusqu’à la fin de son set. D’ailleurs, il y a du monde devant cette scène des 4 vents, bien que certains cèdent à l’appel de la grande scène pour rejoindre The Cure. Johnny Marr nous offre une prestation à la fois fine, honnête et intime, comme lui seul en a le secret, mêlant à la fois titres personnels The Tracers (img 0165) et reprises des Smiths, comme avec This Charming Man (img 0169) en se quittant sur There Is A Light That Never Goes Out pour le plus grand plaisir de son auditoire.

 

Mais clôturer un vendredi soir de sa vie par un concert de The Cure, difficile de demander mieux, d’ailleurs nous étions plus que nombreux, entassés, il faut le dire, devant la grande scène pour l’apothéose de cette première journée de festival ! Il fallait se placer de bonne heure pour avoir une chance de voir le groupe autrement que sur les écrans géants. Mais l’attente est plus que récompensée par un concert de plus de 2 heures, d’une énergie sans faille, avec une setlist qui fera dire à tout le monde: « j’ai bien fait de venir voir The Cure à Rock en Seine ! » Vous pouvez revoir le concert complet ci-dessous.

crédit : Live to Love Music Do Riane

 

Samedi 25 Août:

15h30, je commence par rejoindre le collectif Catastrophe à la grande scène, qui se veut définitivement être la parenthèse dynamique, artistique, fraiche et émouvante de cette édition. Le groupe aux multiples facettes et talents nous réserve comme toujours son lot de surprises. Et aujourd’hui après avoir fait une petite collecte des peurs de certains festivaliers, Blandine Rinkel et Carol Teillard nous lisent les peurs parfois universelles parfois incongrues des participants, n’hésitant pas à manger les messages écrits sur des bouts de papiers, pas si petits que ça, pour mieux les faire disparaitre.

 

17h00 Sur la Grande Scène… Que dire de Louis Cole Big Band, si ce n’est que j’ai surtout retenu son pantalon Cheetos et les t-shirts recyclés d’un Halloween bon marché… Plus que l’Electro-Pop annoncée comme dynamique et rafraîchissante. Si les musiciens et autres choristes font foule sur scène, le résultat n’est pas vraiment foudroyant, et même plutôt brouillon.

 

17h55 Un nom à retenir, Girl in Red, sur la scène Cascade, avec des titres tels que I Wanna Be Your Girl Friend et We Fell In Love In October, fait l’unanimité. La jeune norvégienne de 20 ans, Marie Ulven, habillée en bleu pour l’occasion, sort ses tripes, sa fraicheur et son enthousiasme, pour nous faire comprendre qu’il faudra désormais compter avec elle sur la scène rock européenne.

 

19h45 Derrière leurs platines le duo français, Polo & Pan est chaleureusement accueilli sur la bien nommée scène Cascade, pour inviter leur public dans un décor exotique et nous offrent la présence de la captivante Victoria Lafaurie, à la voix toute aussi enivrante. Nous laissant encore planer quelques minutes dans la bulle de douceur que nous offrait leur Canopée.

 

Dimanche 25 Août:

15h15 Pour le dernier round de cette édition 2019, j’avoue je trace directement à la scène Cascade pour retrouver les Mini Mansions. Pour leur première date française depuis la sortie de leur dernier album Guy Walks Into A Bar… Malgré quelques problèmes techniques et un soleil en pleine face prêt à les clouer sur place, les californiens nous montrent de quel bois ils sont fait, embarqué par la batterie inébranlable de Mr Jon Theodore, le groupe a su rameuter un public nombreux malgré une plage horaire plutôt avancée, et Michael Shuman a su nous offrir une performance énergique nous faisant oublier ce soleil de plomb.

 

16h00  Two Doors Cinema Club investit la Grande Scène, pour le plus grand plaisir d’un public déjà nombreux à les attendre. Le groupe Electro Pop Nord Irlandais sait transmettre son énergie magnétique comme jamais. La rumeur dit qu’un nouvel album pourrait bien arriver au cours de l’année. A surveiller donc!

 

16h45 La scène Cascade accueille Sam Fender, le nouveau petit prince du Rock alternatif britannique. Le chanteur, musicien, compositeur de 23 ans et gagnant du Brit Award Critic’s Choice 2019 clôture sa performance légèrement timide, avec l’entêtant et déjà célèbre Hypersonic Missiles.

 

19h30  Les britanniques de Royal Blood, ne déçoivent pas. Ben Thatcher derrière sa batterie nous plaque sa rythmique explosive et Mike Kerr en bassiste implacable, accroche le public aisément. Avec Jon Theodore en guest sonneur de Gong, le duo donne le show de Rock incisif, espéré et attendu par leurs fans sur la grande scène, dommage que ce soit de jour…. En attendant la sortie de leur prochain album, prévu pour l’automne, ils nous offrent deux nouveaux titres Boilermaker et King.

 

21h00 Foals, ou la claque de cette dernière journée, le groupe se révèle extrêmement efficace sur la scène Cascade. Yannis Philippakis, le chanteur qui a désormais l’habitude de se jeter dans la fosse pour peu que vous lui fournissiez un balcon, n’a rien perdu du feu qui l’anime. Le public s’est d’ailleurs donné rendez-vous en masse, débordant allègrement sur les chemins de terre. Le groupe remercie le public français pour son amour et sa fidélité. On les retrouvera peut-être sur la grande scène prochainement, en tous cas espérons-le, puisque leur prochain album (deuxième partie de Everything Not Saved Will Be Lost) est prévu pour cet automne.  Je vous laisse voir ou revoir, leur avant dernier titre en date, Black Bull.

Et si certains ont eu le courage de continuer vers la grande scène pour Aphex Twin j’avoue y avoir prêté une oreille plutôt distraite, bien que la foule se soit donné rendez-vous en très grand nombre. Preuve que toutes les musiques sont les bienvenues à Rock en Seine ! Nous attendons avec impatience de connaitre le programme de l’édition 2020!

 

X