La relève du rock par 3 découvertes à Rock en Seine

.

Rock en Seine affiche ses mastodontes, certes, Rock en Scène est aussi et surtout une présentation des jeunes promesses. En cette année 2017 de rabachage techno et afro-culture, non, le rock n’est pas mort, il est juste revenu à son essence: l’underground. Voici la relève en trois groupes à suivre:

Ulrika Spacek

Après un premier album shoegaze lourd de mélancolie (The Album Paranoia), les 5 londoniens reviennent avec Modern English Decoration, un album un peu plus léger, pop et psyché, où l’on entend mieux la voix sublime de Rhys partant dans des aigus angéliques tel un jeune Thom Yorke. Les 3 guitares se répètent à l’infini, un savant mix entre Sonic Youth et Slint, et aucun des morceaux ne suit de schéma tracé. Exit le couplet-refrain, à la manière des premiers Radiohead également. Vous n’y trouverez rien de nouveau côté compo, il est vrai, mais c’est juste putain d’addictif et magnifique.
En live, le groupe reste sur ses shoes(-gaze, ca ne s’invente pas), en face le public ferme les yeux et secoue la tête de gauche à droite, comme ennivré. On regrettera juste les insoutenables longs silences de raccordement des guitares entre chaque morceau. Oh, ça casse tout les gars !


[Vidéo de Dany Orban / montez le son pour entendre le chant de Rhys]

MNNQNS

Ceux-ci viennent de Rouen et se prononcent Mannequins, oui alors que les anglais ont une créativité dans le titre, nous on reste encore à enlever les voyelles pour un meilleur référencement Google. MNNQNS donc, jouaient leur énergie post-punk sur la minuscule scène Firestone, on aurait dit un concert sur un perron. Influences Joy Division, cheveux longs et rebellion, ce groupe ne tarderait pas à mettre le feu à des scènes un peu plus grandes.

The Lemon Twigs

Les deux brindilles américaines ont choisi de revisiter la pop des années 60s. Nos nouveaux Beatles. Ne pas se fier à l’écoute studio pop psychée toute mignonne, les deux garçons passent à l’offensive rock question live. Ils affichent sur scène un sacré charisme pour leur très jeune âge, ainsi qu’une souplesse non négligeable dans le lever de jambes !

– Julie Lesage –

[Crédit photo une : Victor Picon]