Interview The Maccabees

[Photo cover: Mike Massaro]

The Maccabees, groupe pritannique rock du South London, a 11 ans et sort un  4e album intitulé Marks to Prove It. Une bonne occasion pour aller leur poser quelques questions. Orlando Weeks, chanteur et leader du groupe, m’attend près d’une table de jardin. La serviette autour du cou, il se remet de son concert sous un soleil de plomb. Nous sommes à Rock en Seine. Je pose mon portable (explosé) sur la table pour commencer l’enregistrement:

Ah. Moi aussi j’ai cassé le mien.
Ah oui? Toi aussi tu étais ivre?
Oui, et j’étais en vélo.
Aïe, moi je dansais, en hauteur.
« Move fooler. »

Tu viens de jouer pour Rock en Seine. Ce n’est pas facile d’être le premier artiste de la Grande Scène à 15h en plein cagnard. Comment te sens-tu?
Pour une fois, je me sens bien! D’habitude j’ai plutôt l’impression d’être maladroit sur scène, surtout devant tant de monde, mais avec ce public qui s’est condensé au fur et à mesure de l’écoute, j’étais à l’aise.

Vous venez de sortir un nouvel album intitulé Marks to Prove It. Peux-tu nous expliquer les paroles de la chanson éponyme?
C’était un jour ensoleillé à Londres, moments rares en Angleterre, c’est bien connu. Et je traversais un parc peuplé de londoniens déshabillés, ne gardant parfois pas grand chose. Les gens arborent leur bronzage en revenant de vacances, pour montrer combien ils ont dépensé pour la destination. Aujourd’hui, il y a aussi ces posts instantanés sur les réseaux sociaux. Je pensais à ce besoin de toujours tout prouver. C’est comme si rien n’existait à moins que tu ne le photographies. La chanson est partie de ce constat.

Pour votre concert, vous avez affiché en background la couverture de ce nouvel album, pourquoi cette photo?
C’est le Faraday Memorial, architecture moderne de Rodney Gordon dans les années 50 . Cette photographie [prise par Davis Busfield] exprime tout ce qu’on voulait dire: le mémorial est négligé par les passants dans le quartier malfamé de Elephant & Castle à Londres et pourtant, à travers cette photographie, on a une vision complètement différente de ce monument: une architecture du futur se révèle tout en conservant un aspect rétro. Nous avons voulu nous servir du pouvoir d’un album pour suggérer une vision différente, et j’en suis plutôt fier.

51NrGUfmImL._SY450_PJautoripBadge,BottomRight,4,-40_OU11__

Si tu choisissais un de tes morceaux?
Je n’écoute pas vraiment notre propre musique, une fois que c’est sorti, je passe à autre chose mais ce serait Pioneering Systems, parce que l’on ne l’a encore jamais joué live. J’aimerais beaucoup nous voir la jouer tous ensemble en harmonie avec Rebekah chantant sa pop flottante, je suis curieux de savoir si on peut en sortir un assez bon son pour l’inclure en concert.

Ah tu parles de Rebekah Raa, c’est cette pianiste qui était avec vous 5 sur scène ? Cette collaboration est toute récente!
Oui on n’avait jamais travaillé ensemble avant cet album. Elle jouait avec l’un de mes meilleurs amis pour le projet Rainer et tourne avec nous en ce moment, elle est fantastique. Elle se marie bientôt, j’espère qu’elle pourra nous suivre sur la tournée.

Tu as dit être très heureux de jouer le même jour qu’Interpol aujourd’hui. Vous avez prévu de vous rencontrer?
Aaah j’ai toujours été trop nerveux. Quelquefois je peux être audacieux et dire « hello » à Paul, mais je suis carrément fan de ce groupe brillant, et je préfère rester à ce statut entretenant une distance formelle, pour garder mon admiration intacte.

Avez-vous déjà joué en collaboration avec d’autres groupes de passage sur scène?
Oui on a eu l’opportunité de jouer avec Jamie T, Edwin Collins, Orange Juice. J’adorerai jouer avec Randy Newman. Je ne l’ai jamais vu en live, mais s’il est quelque part aux alentours et qu’il veut jouer au piano, il est le bienvenu! On en prendra un deuxième ou Rebekah viendra chanter avec moi, on s’arrangera!

3 suggestions de groupes à écouter?
J’ai vu deux super groupes au festival Pukkelpop:

Statue

et après il y avait un groupe belge brillant appelé Evil Superstars

On a également joué avec Raised by The Wolves, un groupe très cool à Washington DC:

Merci Orlando.

Pour clore cet interview, il est tentant d’y apposer ma propre « Mark to prove it » 🙂

The Maccabees

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X