I Don’t Trust You – No Money Kids

L’ALBUM DU MOIS

Ca y est, on a trouvé un album bijou. Un album que l’on va écouter à répétition, et surtout dans son intégralité, whisky et clope dans chacune des mains. I Don’t Trust You est le premier album de No Money Kids, composé de Félix Kazablanca en tant que chanteur-guitariste et de Jean Marc Pelatan à la basse, aux samples et aux arrangements. Des franciliens portant le défi du duo sur une musique des plus brutes, comme cramée sous la chaleur du Tennessee.

Ecoute intégrale

No Money Kids voyage entre le blues, le garage et les arrangements électroniques. Car si nos confrères martèlent le mot électro-blues comme une nouvelle invention caractérielle, ces arrangements restent discrets et frottent le blues suintant comme un révélateur esthétique. L’exemple le plus flagrant en est Bullshit, le morceau devient ultra puissant, rugissant, et diable que c’est bon! (il serait inapproprié de nommer dieu sur un album de NMK, alors on a opté pour le diable)

On pourrait les rapprocher d’Hanni El Kathib, mais leur album est plus complet, portés de plusieurs nuances. Par exemple, le morceau War. En général, les morceaux homonymes sont les plus violents. Eh bien non, No Money Kids aborde le sujet en douceur pour un triste « I don’t want to die ». L’ambiance est balancée d’un coup par le morceau suivant, Bitch, entrainant, groovant, appelant le rythme des applaudissements. Nancy Callahan pourrait se déhancher sur le comptoir avec son chapeau de cowboy. Et Rather Be The Devil ne ferait-il pas penser à quelques notes de Bloody Well Right de Supertramp avant son refrain ?
Ce nouveau duo est déjà bien mature. Rugueux, il scande la misère sociale sans pincettes, image la solitude par la vieillesse, l’exclusion ou la marginalité. Les écorchés s’accordent tout de même une lueur (dans les sonorités) avec la légère chansonnette pianottée I Don’t Trust You ou les gazouillis d’oiseaux sur No Money Kids.

Finalistes Paris Jeunes Talents et Solidays/Ratp 2014, lauréats du dispositif d´accompagnement du Réseau des Musiques Actuelles à Paris (MAP), les No Money Kids font entendre leur râle et ne devraient pas rester longtemps sur la paille.

A l’arrière de la pochette, on remarque Bullsh*t et B*tch, écrit comme pour les prudes. Leur tourneur Nueva Onda les préparerait-il à faire tomber l’Amérique, berceau de leurs influences? Si on s’intéresse tout d’abord à leur tournée française, nous ne sommes pas étonnés qu’ils aient été programmés avec Heymoonshaker, au MAMA event. Je vous propose d’aller vérifier leur réputation de bêtes de scène jeudi 26 novembre au Divan du Monde. Un concert qui s’annonce passionnel.

[Cet album est sorti le 30 octobre 2015 chez Roy Music]

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X