Far Life – Giirls

.
L’Album du Mois est un EP d’une puissance sombre, belle et rebelle, découlant du post-punk, empruntant autant à l’électronique de Trentemoller qu’à la dark wave de The Soft Moon. Ames sensibles, vous surplombez un abîme grinçant, et l’appel du vide est bien trop fort.

On vous avait dit dans la WiseList 37 avec Leave Home, que l’EP de Giirls s’annonçait énorme. Far Life s’écoute autant dans un salon de rockeur ancien punk torturé avec mobilier 80’s sur Echoes et Dance, que dans un club aux allures de bunker avec surdose de lasers et effets visuels hypnotisants sur Depth. Supporté par le collectif rennais Nøthing déjà bien ancré dans le shoegaze et la noise, Giirls est en fait, à s’y méprendre, un seul homme : Brice Delourmel, qui expérimente avec claviers, boite à rythme et séquenceur.
Encore une couverture en noir et blanc pour notre album préféré du moment, ceci ne va pas égayer l’aspect visuel du site WS! Perdrait-on notre côté « wise »? Non, disons que nous sommes de conseil avisé 🙂 Et le conseil du jour est d’écouter Giirls. Ce son devient une addiction, délicieux ensorcellement, comme sur Wasting Time. On a envie de danser en trans sur chaque morceau. Ceux-ci pourraient d’ailleurs s’enchaîner sans que l’on s’en rende compte. Un album presque instrumental, si on ne notait pas la voix uni-voyelle poussée en reverb, comme un appel gémissant des limbes. En tant que parisien non motorisé, on n’imagine même pas l’effet que doit avoir ce monstre sur une conduite de nuit: son à fond comme la pédale d’accélération, le flash des radars pour stromboscope, et les phares bicolores défilants de chaque côté. Adrénaline à chaque carrefour.

OK Giirls, quand est-ce que tu viens nous faire transpirer dans le noir? On est au taquet.

X