Chargement Évènements

« Tous les Évènements

YAN WAGNER

22/12

GONZAÏ NIGHT : YAN WAGNER, IL EST VILAINE, MAGNÜM, MAYERLING

POP WAVE ELECTRO ET AUTRES ESSAIS
Pour sa dernière soirée de l’année, Gonzaï se met en mode fiesta avec une programmation synthétique comme un sapin de Noël : au programme, l’enfant chéri de la pop française Yan Wagner, les chevaliers pop de Magnüm et Mayerling, pour son nouvel album chez Hands in the Dark.

Yan Wagner

Entre Sinatra et Bowie, Lee Hazlewood et Daho, il y a Yan Wagner, un beau patroyme qui s’imprime instantanément. D’emblée, Arnaud Rebotini ne s’y trompe pas et produit le premier album du Franco-Américain. Avec brio, Forty Eight Hours (2012) rassemble un large spectre de références : Kraftwerk, DJ Hell, Undergroud Resistance, Depeche Mode.. Succès critique et intérêt publique suivent, ainsi qu’une tournée le menant du Montreux Jazz Festival au SXSW. Pour son second disque paru le 1er septembre 2017 Yan Wagner choisit de produire lui-même. Si les synthés analogiques et la boite à rythme (une 707) se taillent toujours la part du lion, le choix de l’expérimenté Jean Louis PIérot (Bashung, Daho) au mixage en dit long sur cette volonté de « sortir de la techno ». Comme en témoigne superbement le premier extrait No Love, porté par cette voix magnétique croisant David Sylvian et Dave Gahan. Un an après, le crooner électronique vient fêter tout cela comme Bowie, avec ses red shoes pour dance the blues.

Il Est Vilaine

Ils sont deux, en provenance de… Paris, et sonnent comme les enfants cachés de The Hacker et des Canadiens de Suuns. Armé de claviers, d’une guitare et d’une voix aussi caverneuse et réverbée que les grottes de Lascaux, le duo délivre une musique dans la pure veine des labels tels que Kill The DJ et sa sous-entité Lumière Noire, sur lesquels il s’est offert deux sorties. Entre techno compressée, new wave nerveuse et italo-disco, Il Est Vilaine avance en marge de la scène française qui fait de l’électronique en français, au sein d’un cosmos sépulcral dans lequel on pourrait croiser James Dean filant à toute vitesse sur la moto d’Akira (inspiration visuelle du duo) sur les rythmes suintants et déchaînés de leur machine à kicks et de leurs basses spasmodiques.

Magnüm

Un homme avec un casque de chevalier et son band tropicool jouent une sorte d’opéra à cheval entre Starmania et Highlander. La trame : dans un futur dystopique, les paladins de Magnüm combattent la secte de la « Sombre Mélodie » à grands coups de boogie funk héroïque post-Chagrin d’Amour. Avec eux, tous les coups sont permis ; dans leur botte secrète, ils ont même un saxophone, une armure et un album métallique en préparation pour 2019. Heaume, sweet home. 

Mayerling

« Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? » s’interrogeaient Philip K. Dick dans le roman éponyme qui allait servir de base au Blade Runner de Ridley Scott. C’était en 1982, et presque quarante ans plus tard, l’album « Roche » de Mayerling semble s’interroger en échos lointains : « les musiciens synthétiques vivent-ils déjà sur une autre planète ? ». La réponse est oui : avec son nouvel album signé chez Hands in the Dark, Sylvain Bombled signe une B.O. imaginaire à placer près d’Egyptology et de Jonathan Fitoussi.

Si tu ne vois pas le bouton roue pour réserver, désactive 1 minute ton adblock.

 

Détails

Date :
22/12
Catégorie d’Évènement:
Étiquettes Évènement :
, , ,

Lieu

La Maroquinerie
23 rue Boyer
Paris, France
Téléphone :
0140333505
Site Web :
www.lamaroquinerie.fr