????????????????????????????????????

D’autres dansent encore comme des hippies: Other Lives

Philharmonie, 06/07/15
Ce soir, Other Lives est en première partie de concert.
En première partie?? Oui, juste avant The War On Drugs dans le cadre du festival Days Off. Qu’à cela ne tienne, ce ne sera pas la première fois qu’on apprécie davantage une première partie.

Après avoir hésité entre la porte B et la D, à peine entré dans la salle de la Cité de la Musique que l’on n’est pas encore rodé à citer « Philharmonie 2″, les notes du nouveau single Reconfiguration résonnent. On sait déjà que l’acoustique de l’excellente salle va nous faire voyager. Jesse Tabish chante, enfoui dans sa longue chevelure. Malheureusement le ton si doux et nostalgique arrangé en studio se révèle en live tenir plus de la folk que de la pop profonde et mélodieuse. D’ailleurs le son dans sa globalité parait résolument plus folk que pop, plus psyché aussi : le visuel des chevelus doit y jouer 🙂 On dénote également une batterie beaucoup plus présente qu’à l’accoutumée.

Le groupe est au nombre de 5: un batteur, un violoniste omniprésent, et 3 multi-instrumentalistes qui passent du piano aux claviers ou à la guitare classique, du xylophone à la basse, du banjo aux congas…La scène est un grenier à instruments de toutes catégories. En entrée à 2 Pyramids, on perçoit même le son d’un bol chantant tibétain, qui confère une harmonie sacrée au morceau.

 Tous ces garçons de l’Oklahoma au style hippy nous présentent leurs compositions du dernier album Rituals sans oublier nos premiers amours tirés de Tamer Animals avec un formidable enchaînement For 12 – Tamer – For The Last – Dark Horse qui nous emplit de satisfaction. Sur For 12 justement, la trompette s’incruste, le violon se double, et le merveilleux morceau fait disparaître le folk au profit d’un orchestre classique, souligné majestueusement par le frappé sourd d’un énorme tambour de ceux que l’on voit dans les films asiatiques.
Fin de cette première partie: la surprise de taille est la reprise de Something In The Way de Nirvana, gros classique mais qui a toujours ses minutes de succès en live, le public en est d’ailleurs heureux. Puis Jesse s’offre la fantaisie de sautiller sur Dust Bowl, une danse approchant le Woodstock revival…avant de saluer l’audience et disparaître. Un peu court, comme toutes les premières parties, le genre de concert sympa pour un lundi.

Crédits:
Photos: Charles Dherouville, merci !
Vidéo du morceau For 12 par la Blogothèque 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X