Dans le coffre du Camion Bazar

.

Camion Bazar fait partie de ces collectifs colorés et joyeux qui ont transformé la fête à Paris, avec Alter Paname, la Ferme du Bonheur, ou encore le merveilleux Otto10 (au bar duquel il n’est pas rare de croiser Benedetta). Dénicheur de friches, jardins et salles des fêtes variées pour y installer leur univers ultra scénographié, le duo nous propose depuis plusieurs années des célébrations alternatives au clubbing qui imposait ses morceaux commerciaux, ses prix, et les sempiternels refus des physios.  Ces diverses tribus pailletées s’activent dans un sens avant tout humain, pour organiser de sacrées après-midi-nuit de partages funky, rires disco, et danses electro.

J’avais rencontré le joli couple de Benedetta et Romain Play lors d’un festival, et l’attitude ouverte et communicative de ces deux là m’avait enchantée.
Malheureusement, un connard m’a volé mon smartphone quelques temps après…et l’interview enregistrée avec. Mon amertume passée, essayons de replonger dans mes souvenirs nuageux, car il me reste au moins la liste de leurs morceaux pépites, de ceux qui ne quittent jamais le coffre du véhicule :

Le titre pour ouvrir un set  
2001 Odissée de l’espace

☁ Je me souviens qu’avant même de s’installer sur le petit salon de jardin que je leur avais réservé, le couple s’était mis à ramasser tous les mégots sur un rayon de 3 mètres alentours.
« Mais c’est pas vrai, les gens font vraiment n’importe quoi! »

Le titre pour se laisser porter les yeux fermés
I think about you – Dj Koze Mix

☁ On a ensuite évoqué leur audace et fantaisie, qu’avec eux on avait l’impression que l’insousciance du jardin d’enfant était encore accessible. Ces rassemblements s’organisant dans la bonne humeur et l’acceptation de l’autre, les moindres tuiles étaient gérées sereinement, même si les afters s’y éternisaient. Pour les organisateurs, le plus difficile est évidemment de trouver l’idyllique lieu sauvage et l’accord des autorités pour s’y installer avec enceintes, induisant nuisances sonores parfois pendant jusqu’à 21 heures d’affilées. Ils m’expliquaient être toujours à l’affût de bons plans et élargir leur réseau de ce fait.

Le titre pour faire chanter le public 
Under Pressure – Queen

Hors emplacement sauvage, le Camion Bazar est aujourd’hui si renommé qu’il a roulé sur de nombreux terrains : Solidays, Pete The Monkey, Calabre, … pour se garer au mieux dans un écrin de verdure éloigné des grandes scènes, au moins champêtre sur des petites scènes à l’instar du pont des croisières Safari Boat. Tout ce bordel à roulette s’exporte même, comme à Hong Kong il y a quelques jours pour le festival SHI FU MIZ !

Mais le Camion ne perd-il pas son identité ambulante, lorsque l’on vous demande de jouer sur scène comme à La Clairière ?
Benedetta : Si, je trouve aussi, dans ce cas on essaie de ramener toute une décoration comme une façade de camion, mais on préfère jouer à l’extérieur, le spot parfait c’est genre près d’un étang.

Le titre le plus sensuel 
Cool Breeze – the Jeremy Spencer Band (Baltic Seaview rework)

☁ Ces fêtes estivales sont bien sûr éreintantes, le couple avoue mettre souvent l’ambiance sur des après-midi et nuits entières, et enchainer les festivals d’été tout en conduisant entre chaque set. L’automne est ainsi la bienvenue pour lever le pied de la pédale.
Ceci sans compter les préparations de l’univers féérique de chaque événement, auxquelles Benedetta s’attelle avec beaucoup de coeur, sans parler du temps de confection des costumes et de l’invention de jeux régressifs comme jubilatoires. Elle porte ce jour là une combi de velours vert, on lui demande où elle shope ses tenues si originales:

Benedetta : « Je fais beaucoup les friperies vintages, sinon y’a une super griffe, va sur le site de Jaded London. Au Macki festival, on a également fait la connaissance de Ultra Violet qui avait un stand, ils font de chouettes pièces. Et va voir TeddyBeurk, c’est super drôle: Lucile fait des bandeaux à l’aide de peluches ! »

Le titre qui engage des chorégraphies barrées 
Saetta – Fango

☁ Dans leur cabane à moteur exigüe, leur nom ne faisant pas défaut, un sacré foutoir s’amasse, liant l’utile, l’accessoire fêtard et surtout les objets fétiches emplis des meilleurs souvenirs. Mais leur chouchou depuis quelques mois c’est Jacky, leur petit chien qui est de toutes les parties, au risque de pisser parfois sur la scène …

Le Camion Bazar est devenu depuis la rentrée un « gang », ce qui permet à Romain Play d’inviter d’autres amis poseurs de son, ainsi que des musiciens, à la fête déjà déjantée. Le gang lancera d’ailleurs ses paillettes d’amour au NF-34 (les anciennes Nuits Fauves) jeudi 13 décembre, et célébrera la nouvelle année au Badaboum pour le décompte au cul du camion de 824h.

Le titre indétronable 
Only you – Frankie Francis Disco jam mix

☁ Lorsque je commence à poser des questions sur les titres préférés à passer pour un set:
Romain Play: « Ah. Alors moi j’ai un problème, c’est que je ne connais pas le nom des titres que je passe, je peux très bien te répondre « le disque rouge avec une voiture dessus ». Alors je t’enverrai les morceaux pour chacune de tes questions par mail. »

Romain Play connaîtrait ses artistes par coeur, vous n’auriez jamais lu cette interview, car tous les titres auraient été volés en même temps que mon téléphone, dans l’enregistrement précieux. Comme quoi, c’est facile de toujours garder le côté positif des coïncidences !

☁ Le souvenir le plus clair est la dernière réponse prononcée lors de cette rencontre:

Un message aux lecteurs pour la fin ?
Benedetta: « Oui, arrêtez de manger de la viande ! »

– Julie Lesage –
Merci à Romain et Benedetta pour leur patience, j’ai mis un peu de temps à le publier, cet article …
[Photo de l’interview : ©Mathieu Foucher
Photo promo en une: ©Flavien Prioreau]

Le titre pour fermer un set 
Outro – Ultra Vomit
X