Ce qu’on attend de Rock en Seine

.
.

Avec un recentrage sur le rock (et c’est tant mieux) Rock en Seine se dote d’une saison 2017 assez fat, aussi bonne en mastodontes (PJ Harvey, Franz Ferdinand, The Kills, Jain) qu’en découvertes. Et en ce qui concerne les découvertes, on se donne l’humble mission de vous aiguiller sur deux-trois shows par jour à ne pas manquer.

Vendredi démarrage diesel

Pour commencer en douceur, on vous recommanderait d’aller écouter le multi-instrumentaliste FKJ, rodé aux rythmes groovy empruntant à la fois à la funk, à la soul, et au jazz.

Une fois bien dans le mode festival, allez secouer vos méninges avec les brutes de pomme rouennais MNNQS (prononcer Mannequins) parce qu’on est quand même là pour rocker. On y entend des influences Joy Division.

Ne manquez pas non plus : No Money Kids, Cannibale, Franz Ferdinand, Allah-Las, The Jesus and Mary Chain, Hercule and Love Affair, The Pretty Reckless, Beach Fossils, et The Pharcyde Live Band

Samedi ultra fat

Samedi sera marqué par le concert de Her qui ressemblera plus à un hommage-émotion, quelques jours à peine après le décès de son chanteur et bassiste Simon (dimanche dernier). Celui-ci s’est battu ces derniers mois contre le cancer, et a fait promettre à son groupe de continuer coûte que coûte. Nous soutiendrons donc Victor, autre moitié du duo initial, qui honorera sa promesse envers Simon et finira leur premier album.

Les Anglais Ulrika Spacek vous feront planer comme l’ont fait les rocks alternatifs de Radiohead ou Clinic, avec les riffs de leur second album Modern English Decoration paru cette année.

DBFC, c’est David Shaw et Dombrance, figures électroniques qui s’éclatent en rock band. Sauf que DBFC veut se donner l’image d’un club, et ca, c’est sûr, vous allez y danser, surtout sur les dernières tracks « psychelectroniques » au choix, Leave My Room ou Autonomic ou même Disco Coco. Spoiler : en général David Shaw descend chanter dans la foule sur Leave My Room, au milieu d’un dancefloor en liesse.

Ne manquez pas non plus : la tchatche crue et française de Thérapie Taxi, le duo rock le plus sexy The Kills, la prêtresse PJ Harvey et le pèlerinage multi-culturel avec Jain, ainsi que Girls in Hawaï, Little Dragon, et Frustration

Dimanche ou le bouquet final de génies

Rone revient pour nous présenter son quatrième album Mirapolis qui sortira en octobre. Le suspense est complet mais on sait que le prodige va nous faire voyager loin avec ses compositions ambient électroniques…N’est pas invité à La Philharmonie qui veut. Premier extrait :

Qui a déjà vu les Cypress Hill ? Pratiquement personne. Qui va chanter par coeur les refrains de ces vétérans du hip-hop ? Pratiquement tout le monde. Dr Green va boire de la Tequila Sunrise et chanter de sa petite voix si particulière. Nous, on va se régaler d’un show totalement US. Ces gars sont Insane in The Brain, vont-ils fumer sur scène ?…

Ty Segall est une figure incontournable pour tous les rock lovers. Ce monstre parcourt l’histoire du rock et enflamme son public avec vieux riffs et solos. La Route du Rock s’en remet à peine…

Ne manquez pas non plus : la techno d’Arnaud Rebotini en live entouré de ses synthés, le post-punk bien froid de Rendez-Vous, l’effet 60s enchanté de The Lemon Twigs, ainsi que Slowdive, Mac Demarco et le cirque de Deluxe.

Le bonus

Enfin on est intrigué par le set spécial Formule de The Shoes. Vous savez surement que Matthieu Pigasse a racheté l’année dernière Rock en Seine, en conséquence les Inrockuptibles sont Rock en Seine et vice-versa. Il est donc tout naturel que Les Inrocks fête ses 30 ans et lance sa nouvelle « Formule » à Rock en Seine. Pour l’occasion, le magazine a demandé à The Shoes un set spécial 30 ans : en 50 minutes, une centaine de titres de l’histoire des Inrocks vont être joués, le tout mis en vidéo. Le témoignage de manière concrète de cette logique de groupe, selon François Missonnière, directeur du festival.

– Julie Lesage –

Photo une ©OlivierHoffschir

Prendre ses places >>>