25 min avec Rocco… celui de DE STAAT

Interview de la révélation de l’année, après 10 ans de carrière.
Les néerlandais De Staat casse toute la baraque avec leur nouvel album mi-rock mi-électro Bubble Gum, on en est ressorti en sueur, vidé. Du coup comme j’étais déjà collante suis allée me frotter à Rocco pour quelques mots.

Dans le coffre du Camion Bazar

Le couple le plus cool de la fête alternative nous ouvre ses bacs à disques.
[Cette interview a préalablement été volée, mais on a essayé de rassembler tous nos souvenirs pour relater cette belle rencontre pailletée.] // BTW Benedetta et Romain Play invite son gang au Camion pour les fêtes de fin d’année.

Programmateur des Trans : le job rêvé

Les Rencontres Transmusicales de Rennes viennent de commencer. On a donc appelé le bureau des Trans, afin que Mathieu Gervais, assistant programmation de Jean-Louis Brossard, nous mette dans le bain avant de prendre le train direction la ville de la galette saucisse.

L’interview De La Romance

Son 1er album bourré de featuring nous laisse rêveur
Rencontre avec Vincent Girault
« Georges Brassens parle de la romance de la pluie,
Charles Trenet parle de la romance de Paris,
Vincent Girault De La Romance de l’identité »

VIDEO: Interview JAFFNA en mode Mais où est donc Ornicar ?

Après la sortie remarquée de leur track Immersion et d’un premier EP Ripples, le duo parisien JAFFNA s’échauffe pour présenter live son deuxième EP Retrograde au Marvellous Island festival qui se tiendra ce week-end plage de Torcy sous les rayons du soleil. C’est l’occasion idéale pour prendre la température en leur rendant une petite visite à Belleville et de lancer notre nouveau format d’interview-vidéo ORNICAR.

Un aller simple avec Djakarta

Les deux frères franco-australiens de Djakarta viennent de sortir leur premier EP pop et psychédélique pour une appel à l’évasion, vers les grandes étendues. Rencontre-interview avant d’entrer au Silencio pour leur release party.

Sentir le pouls d’Ulrika Spacek – Interview

Un flot shoegaze pour te dorlotter sans fin, un peu de grunge pour le souvenir, et un chant angélique façon Thom Yorke pour mieux t’entourlouper. Rencontre avec le chanteur et guitariste Rhys Edwards avant leur prochain concert au Point Ephémère le 20/11.

A la piscine avec BRNS…

« Les festivals aujourd’hui, c’est une ambiance de vacances dans laquelle tu t’immerges complètement. Une sorte de Club Med dont on serait un peu les GO en demandant aux gens de taper dans les mains… » Interview des belges BRNS à la piscine de la villa Carlsberg au YEAH! festival

Rencontre avec les frénétiques FEWS

Un groupe sans frontière, a qui Pixies fait des tours de magie. Des garçons chevelus qui écrivent un rock énergique quand ils se sentent seuls ou écoutent des chansons débiles des années 90 quand ils se marrent. Interview.

Interview-video de No Money Kids

Interview du duo electro-blues No Money Kids avant la sortie de leur second album et leur grande tournée qui commence le 30 mars à la Boule Noire.
« On a rencontré les No Money Kids un soir de pluie. Ils fignolaient leur 2e album d’électro-blues, que vous pourrez découvrir lors de la release party de Hear The Silence.
On y parle d’exclusion, de société, d’esthétique vintage, de mouvement lo-fi, de gouvernement… »

Avec Worakls sur la plage, classique vs techno / interview video

Calés sur les rochers avec Worakls, on est plutôt bien au soleil.
Les Plages Electroniques n’ont pas encore ouvert leurs portes, les DJ font les balances sur les 2 scènes de la plage et du Palais des Congrès de Cannes.
Et Kevin nous parle de ses origines portugaises, de son musicien de père, de ses ambitions cinématographiques, du futur (techno ou classique?), et de sa conception des afters.

Un rêve devenu réalité pour The Dizzy Brains

A Madagascar, un groupe de rock s’élève. On parle avec eux de la corruption et la misère, de leur passage aux Trans, de leur nouvel album et leur tournée internationale. Et dire qu’il y a 9 mois ils n’avaient encore jamais ni vu la mer, ni pris l’avion.

Einleit, pop noire franco-japonaise

« Einleit est plus mélancolique, plus cynique aussi, et certaines harmonies sonnent dark. De toute façon, je n’aime pas écrire des trucs joyeux. J’ai tendance à ternir mes experiences personnelles par l’écrit, mais il y a forcément un jeu de clair et obscur, la gravité appelle la légèreté sinon ce serait vraiment déprimant. »

X