Bilan Rock en Seine : t’es show ou tu ne l’es pas

.

La 15e saison de Rock en Seine vient de s’achever sous un soleil radieux avec un total de 110 000 festivaliers sur les 3 jours, samedi complet. Dans les nouveautés, on a apprécié l’expo Harcourt et encore plus les performances live de quelques street artists. Côté musique, euh…   [trouver un axe de rapport pour parler de 70 concerts, ne pas en étaler un roman]

Avec une programmation aussi talentueuse, il est difficile de juger à la musique seule, de trier et comparer les meilleurs groupes, surtout qu’on l’a déjà fait en amont du festival. Sortiront essentiellement du lot pour le festivalier, ses idoles, les chauds du spectacle et les découvertes. Mettons les idoles de chacun de côté, tout en restant cohérent avec la ligne éditoriale.

4 shows bonne humeur écrasant toute dépression

The Pharcyde

Il ne m’est pas commun de parler hip-hop. Attention exception. Bien sûr Cypress Hill c’était énorme, revival et délirant. Mais question scénique, c’est The Pharcyde live band qui a chauffé les premiers festivaliers sur leurs bonnes vibes old school. A 18h vendredi, le quatuor faisait déjà participer le public, et donnait quelques pas de danse à chaque morceau, tout en élégance. Cypress, de son côté,  a fait sauter à la verticale une foule immense, sauf que Jump Around c’est de House of Pain à la base…


[Vidéo d’Avalina sur Twitter]

DBFC

« C’est bien ca, c’est qui ? » Peu de personnes connaissaient DBFC au début de leur concert rock psyché, mais au fur et à mesure que les genoux se déliaient sur les rythmes électroniques voire disco samedi après-midi, on entendait comme une rumeur de découverte enthousiaste. Sur scène, David Shaw et Bertrand Lacombe de Dombrance, s’éclataient tout autant, dansant dans leur propre club.

Jain

Alors oui c’était le concert des familles, avec quelques chorégraphies balance-toi à droite, à gauche, fait le tour de toi-même [ah non c’est pas elle]. Oui mais aussi, il faut admettre que Jain est une bête de scène, et tout en modestie svp. Avec un voyage géographique comme chronologique (coucou l’apparition 4secondes du patineur rose du club des années 90), l’artiste multi-culturelle a laissé place à quelques solos de ses musiciens, guitare et percussions, et à même enregistré quelques voix du premier rang pour une loop quelque peu comique. Samedi à 19h20, Jain terminait le dernier concert d’une grande tournée en slam-bulle et laissait quelques hystériques.


[Vidéo de LiliRocKS78]

Mac Demarco

Le mec le plus cool de tous les artistes. 1er titre joué : le magnifique Up The Level. Ses douces balades pop chantent pour un dimanche bucolique ensoleillé (ah bah parfait). En dehors de sa musique chaleureuse, c’est par son sourire enfantin que Mac charme. Il offre une intimité incomparable avec son public, en laissant libre court a ses blagues entre chaque chanson, laissant même le micro à quelques audacieux, puis testant ses musiciens pour un tempo des plus rapides jusqu’à leur maximum. C’est d’ailleurs le seul artiste à avoir installé quelques tables de jardin sur sa scène et offert le vin a ses invités. Top. Amour. Voici le concert en entier:


[Vidéo Culture Box]

Voici pour les meilleurs shows. Mais Rock en Seine c’est aussi (et surtout) la relève du rock par de jeunes pousses à suivre, voir article La relève du rock en 3 découvertes.

On a également apprécié les « paillettes dans les choco pops » de Hercules & Love Affair, queer clubbing to Rejoyce (et ca marche). Très bons concerts également pour The Jesus & Mary Chain, Girls in Hawaï, Ulrika Spacek, Cypress Hill, The Kills et FKJ, que l’on n’oublie pas.

Et vous quel est le concert qui vous a le plus marqué ?

– Julie Lesage –

[Photo en une: At The Drive In par Mathieu Foucher]