Mieux Rother que jamais ! (Neu! le retour)

Lorsque Gonzaï réunit la moitié légendaire 70s du rock allemand NEU!, qui reste aujourd’hui dans les premières influences des groupes rock et producteurs Techno avec Kraftwerk, et ses dignes héritiers français Steeple Remove sur une même scène. Un grand honneur pour ces derniers, un rattrapage sur l’histoire de la musique expérimentale pour nous autres.

MOFO #15, un samedi en O troubles…

Toutes les expériences auditives alternatives et underground sur 4000m² à Saint-Ouen…
MOFO, PUTAIN 15 ANS ! / MARIA VIOLENZA, VENI VIDI VICI / JERUSALEM IN MY HEART, ARABESQUES MODULAIRES A LUNETTES / DELACAVE, BON CRU / CHOCOLAT BILLY, CLUB MED GYM

Nouvelle matière à clubber: retour aux basiques indus

Une sensation percussive nommé Nova Materia : « une transe indocile qui redéfinit le clubbing indus par les basiques, une musique primitive de celles qui libèrent, du krautrock à la warehouse » On vous raconte la release party de l’album It Comes à La Maroquinerie, et on n’a qu’une hâte : les revoir !

Qualm – Helena Hauff

« Avec cet album, Helena Hauff va plus loin, en assouvissant ses « désirs discrets » d’expérimentations, ambient d’une part, teintée d’un certain goût pour les musiques de film SF, ou plus inquiétantes et plus troubles. L’ossature minimaliste n’en reste pas moins prégnante et nous ramène à une forme d’urgence primitive et originelle. Le tout, moins cold et plus charnu, constitue donc une belle mue, à la fois polysémique et polyrythmique. »

APTBS : A place to bury your ears…

Le groupe le plus bruyant de Brooklyn et certainement de tout l’univers. LIVE REPORT
« Dignes rejetons de la scène No Wave bruitiste de la côte EST des USA, les APTBS ont un certain AFD (Appetite For Destruction), leur rock incandescent puisant autant dans le post-punk énervé, la dark wave moite, l’indé noisy, le psyché saturé, voire le shoegaze qui s’ignore et autres joyeusetés fuzz. »

Et si nous bravions la tempête (avec) Molécule ?!!

AirBNB sur un chalutier ? non merci, j’ai vu le show de Molecule.

« On avait rendez-vous pour un tour en bateau. Port de départ : la Gaîté lyrique. On aurait du prendre nos cirés, on n’avait pas prévu la claque qu’on allait se prendre. Une bonne claque d’air iodé, de mouettes perdues en pleine mer, d’échos métalliques d’un chalutier en marche, et de rafales de mer déchaînée. Une immersion 360° dans un monde poisseux presque collant et surtout humide et violent. A la proue de ses claviers, le capitaine Molécule (aka Romain Delahaye) associe ses sons à des jeux d’images prises au large et projetées sur les murs tout autour de nous. »

X