3 raisons d’aller voir/écouter l’expo Daho l’aime pop !

.

. .
Jusqu’au 29 avril 2018 à La Philharmonie.
.
Etienne derrière un appareil photo, titre tricolore : Daho l’aime pop ! Affiche trompeuse les amis. J’hésitais à y aller de peur de me retrouver à l’expo d’un amateur photographe prenant ses collègues de mêmes ondes radios en cliché carré pour son Instagram. Hum parce que la pop c’est vaste, et surtout parce qu’on y lit populaire, et ce mot effraie depuis plus de 60 ans…
.
.

Mais j’en suis sortie ravie et je vais vous dire pourquoi en 3 points, oui comme un parfait post inbound marketing.

1. Parce que ce parcours historique vous remettra les pendules à l’heure 

Divisé en 4 périodes de 20 ans, le parcours photographique retrace l’histoire de la pop française à travers l’oeil d’une miriade de photographes différents. Dans le casque sur les oreilles,  les tubes français qui ont compté pour Etienne Daho tout au long de sa vie.

1950-69 : Les portraits Harcourt soulignent les audacieux que le petit Etienne devait entendre sur le poste radio familial : Brel, Salvador jeune à croquer, annonceurs d’une pop éprise de liberté, suivi des yéyés Johnny/Sylvie, lorsque que la belle gueule de Dutronc faisait craquer tout le monde. 1970-84: où l’on apprend que Jean-Michel Jarre était surtout parolier et quelques anecdotes sur les premières Rencontres Transmusicales de Rennes avec sa scène du rock rennais. 1985-99: la cold wave bat son plein. Daho rencontre Elli Medeiros, Niagara, joue avec Air. 2000-2017 : âge d’or de la French Touch, ainsi que les talents contemporains plus discrets, de Mirwais à Tristesse Contemporaine.

2. Parce qu’Etienne parle limite plus de punk que de pop

[Cliquer pour agrandir les photos]

… et qu’il nous raconte des moments intimes comme sa peur d’interviewer l’impétueux Gainsbourg, les soirées défonce avec Nico, le hoquet sur scène à cause de la bière, ses nuits interminables avec Jacno. Finalement le « populaire » d’Etienne Daho ne correspond pas du tout à ce que l’on redoutait. Daho a plutôt fréquenté l’école de la débrouillardise punk et le mouvement rock rennais avec ses copains Marquis de Sade. Saviez-vous que Michel Gondry était batteur pour le groupe Oui Oui avant de se recentrer sur le cinéma ? Que Chassol venait de Sébastien Tellier ?

3. Parce que vous ne voudrez plus rendre votre audioguide

Après qu’Etienne vous ait susurré toute sa vie au creux de l’oreille, vous refusez de rendre l’audioguide, et suppliez la sécurité pour un prêt à la soirée, histoire de s’endormir avec la même douceur, sans passer par la case jingle de la ratp.

Au final, c’était une expo audio plus que photo. Parce que je n’ai rien retenu des nombreux photographes, mais j’ai tout noté des groupes à ré-écouter tels Stinky Toys, Gamine, Elli Medeiros, Jad Wio, La Souris Déglinguée, Kas Product, Les Nus, Tokow Boys, Modern Guy, Polyphonic Size, Melody’s Echo Chamber, Catastrophe, …

– Julie Lesage –